Pays-Bas : Amsterdam propose des tests d'héroïne après le décès de touristes

le
0
Pays-Bas : Amsterdam propose des tests d'héroïne après le décès de touristes
Pays-Bas : Amsterdam propose des tests d'héroïne après le décès de touristes

Trois touristes sont morts cet automne à Amsterdam (Pays-Bas) près avoir ayant sniffé de l'héroïne blanche qu'ils pensaient être de la cocaïne. Aussi le maire a-t-il décidé d'organiser une campagne de sensibilisation et de prévention. Des tests permettant de détecter de l'héroïne seront  vendus deux euros dans 30 magasins de la capitale néerlandaise ou dans la rue.

Utiliser de l'héroïne comme de la cocaïne peut notamment provoquer des arrêts respiratoires et 17 personnes se sont ainsi retrouvées à l'hôpital. Un Britannique était décédé en octobre et les corps de deux autres jeunes hommes, également originaires du Royaume-Uni de 20 et 21 ans avaient été retrouvés le 25 novembre dans une chambre d'hôtel de la ville, qui attire de nombreux touristes grâce à son accès facile aux drogues.

La vente de drogues dures est illégale aux Pays-Bas mais «en ne criminalisant pas, nous pouvons informer plus, faire plus de prévention, tester la sécurité», a assuré le maire travailliste d'Amsterdam, Eberhard van der Laan, dans une tribune (en néerlandais) publiée sur le site internet de la ville. Plus d'une trentaine de panneaux ont été placés dans les endroits festifs de la capitale néerlandaise ainsi que dans les gares, interpellant en anglais les touristes sur les dangers de l'héroïne blanche. «Ignorez les dealers de la rue», est-il inscrit sur l'un d'eux : «Vous ne serez pas arrêtés à Amsterdam pour avoir pris de la drogue». La cocaïne «pourrait être de l'héroïne mortelle», assure un autre.

Les tests permettent uniquement d'exclure ou non la présence d'héroïne au sein de la drogue en possession des touristes mais ne donnent aucune garantie quant à leur pureté. «C'est pourquoi il sera expliqué très clairement aux utilisateurs que le test n'offre aucune garantie sur la sureté des drogues»,  a ajouté le maire.

L'héroïne blanche est historiquement produite en Asie du Sud-Est dans la région ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant