Pays-Bas: Amende requise contre Wilders, mais pas de prison

le
0
    AMSTERDAM, 17 novembre (Reuters) - Les procureurs 
néerlandais ont requis jeudi une amende de 5.000 euros mais pas 
de peine de prison contre Geert Wilders, le dirigeant d'extrême 
droite jugé pour incitation à la haine et discrimination. 
    Le dirigeant du Parti pour la Liberté (PVV), qui se dit 
victime d'un procès politique, est poursuivi pour avoir déclaré 
début 2014 qu'il fallait "moins de Marocains" aux Pays-Bas. 
    Les réquisitions des procureurs sont inférieures à la peine 
maximale que Wilders encourt (deux ans de prison et jusqu'à 
7.400 euros d'amende). 
    L'accusation a affirmé avoir établi que les propos 
incriminés avaient été tenus dans l'intention délibérée de viser 
un groupe ethnique particulier, en infraction avec la 
Constitution. 
    Au moment où les procureurs prononçaient leur réquisitoire 
au tribunal de Schiphol, les députés du PVV ont manifesté dans 
l'enceinte du Parlement, déployant une affiche de leur chef de 
file barré d'une croix rouge, comme privé de sa liberté 
d'expression.     
    Le procès s'est ouvert le 31 octobre. Le verdict est attendu 
pour le mois prochain, à l'approche des élections législatives 
du 15 mars prochain pour lesquelles le PVV de Wilders est donné 
au coude-à-coude dans les intentions de vote avec le Parti 
conservateur (VVP) du Premier ministre Mark Rutte. 
 
 (Anthony Deutsch; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant