Payez-vous trop cher votre location?

le
0

FAIS-MOI UN DESSIN - Les loyers ont baissé de 1,1 % en 2014. Les locataires ont aujourd'hui plus de poids sur le marché qu'il y a trois ans. Nos conseils pour bien louer en trois coups de crayon.

Avec la crise, les locataires déménagent de moins en moins et le nombre de biens à louer a augmenté. Résultat, les loyers des logements remis en location ont baissé de 1,1 % en moyenne en 2014, selon Century 21. Toutes les régions sont concernées y compris Paris où les loyers ont reculé de 0,6 % l'an dernier. Dans la capitale, ce sont les très grands appartements de plus 200 m² qui baissent le plus. Ils trouvent difficilement preneur au loyer demandé.

Les locataires ont aujourd'hui plus de poids sur le marché qu'il y a trois ou quatre ans. Ils n'appellent pas quand un logement est proposé à loyer trop élevé ou fait nouveau, ils négocient son montant, surtout dans les villes moyennes et les campagnes.

Les loyers bientôt encadrés à Paris

L'encadrement des loyers qui entrera bientôt en vigueur à Paris arrive donc un peu tard. Cette mesure phare de la loi Alur a été votée l'an dernier. Elle sera d'abord expérimentée dans la capitale, où près de 70 % des Parisiens sont locataires, avant d'être ensuite proposée à Lille et Grenoble. Mais, contrairement à ce qui était prévu, les grandes villes Françaises ne l'appliqueront pas.

L'encadrement des loyers ne vaudra que pour les nouvelles locations et ne concernera donc pas les locataires déjà en place. Tous les ans un loyer moyen de référence sera fixé par quartier et types de biens, anciens, récents.

Lors de la signature du bail, le loyer ne pourra pas excéder de 20 % ce loyer médian. En revanche, pour les loyers les moins chers, qui doivent être inférieurs de 30 % à la médiane, il sera possible de les augmenter.

D'après les calculs de l'économiste Michel Mouillart, environ 10 % des loyers pourraient grimper de 10 % à 15 %. Mais 20 % des loyers les plus chers pourraient baisser de 20 %. Il y aura donc des gagnants et des perdants.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant