Payet, de l'Albanie à l'Albanie

le
0
Payet, de l'Albanie à l'Albanie
Payet, de l'Albanie à l'Albanie

Depuis son match parfait contre la Roumanie, Dimitri Payet est le nouveau héros des Bleus à l'heure d'affronter l'Albanie. Un sacré clin d'œil du destin, quand on sait que tout a failli s'arrêter pour lui il y a un an contre les mêmes Albanais.

Il y a presque un an jour pour jour, le 13 juin 2015. Les joueurs français jouent leur dernier match de la saison, en amical contre l'Albanie. À la mi-temps, les Bleus sont menés 1-0 par leurs modestes adversaires, et Didier Deschamps ne décolère pas. "Il manque beaucoup de choses à cette équipe de France", explique-il au micro de TF1 avant de se placer sur le banc pour le second acte. Le "beaucoup de choses", c'est surtout de l'envie, de l'implication, du caractère. Et Dimitri Payet est clairement dans la ligne de mire de son sélectionneur, après sa première mi-temps catastrophique. Positionné en meneur de jeu derrière Giroud, Griezmann et Lacazette, il est remplacé par Paul Pogba dès la pause. Un coup dur, surtout que le capitaine officieux de l'EdF, Patrice Évra, y va aussi de son lot de reproches après le match. "C'est un manque de respect par rapport au maillot de l'équipe de France. Il y a eu un manque d'investissement. Si le coach prend des décisions, il ne faudra pas venir pleurer", insinue-t-il. Payet, qui avait déjà été ciblé par DD lors de la tournée de juin 2013 en Amérique du Sud, est encore pointé du doigt pour son manque d'implication.

"J'ai du mal à comprendre le sélectionneur"


Pourtant, Dimitri Payet a des circonstances atténuantes. Sous le soleil de plomb d'Elbasan, face à des Albanais surmotivés, le Réunionnais et ses potes n'ont pas été aidés par l'environnement. Le 13 juin, alors qu'il joue les seconds rôles en EdF et qu'il n'a pas totalement la confiance de Deschamps, Payet n'a en réalité qu'une idée en tête : partir en vacances. Il faut dire que la saison qui vient de s'écouler à Marseille a été éprouvante tant physiquement que mentalement. La méthode Bielsa, combinée à l'immense déception de la fin de saison et au bordel interne au club, a laissé des traces. Alors Payet loupe complètement son match. Si ses coéquipiers ne lui en tiennent pas rigueur, comme Moussa Sissoko qui estime que "c'est un match qui est passé, ça arrive que certains joueurs passent à travers certains matchs, c'est quelque chose de tout à fait normal", Didier Deschamps est beaucoup plus rancunier.

C'est, pense-t-on, la fin de l'aventure de Payet en Bleu. Surtout que l'été qui suit, son choix de partir à West Ham, le douzième de Premier League, est loin de faire l'unanimité. Vincent…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant