Paulo Wanchope la porte

le
0

La vidéo de son match de boxe en plein stade a fait le tour du monde, l'obligeant à démissionner de son poste de sélectionneur du Costa Rica. Une geste fou qui trouve peut-être son écho dans la carrière de joueur de Paulo Wanchope : un combat permanent.

La vidéo fait le buzz et, le pire, c'est qu'elle est de bonne qualité. Sur cette bande passante que Youtube ne cesse de mettre en boucle depuis trois jours, Paulo César Wanchope, sélectionneur du Costa Rica depuis sept mois, est de dos. Devant lui, sur la pelouse du stade Maracaná de Panama City, se déroule une rencontre de qualification pour les JO 2016 de Rio entre l'équipe locale panaméenne et les jeunes du Costa Rica. Alors que l'arbitre siffle la fin du match, l'entraineur de la Sele agrippe la barrière de sécurité qui le sépare du terrain et tente le passage en force, selon toute vraisemblance pour toucher deux mots de sa performance à l'homme en noir du jour. Sur son trajet, l'homme bouscule un agent de sécurité, tire en force sur le portique et trébuche sur un ramasseur de balle, poussé par le veilleur en question. Il se retourne, soulève un bras droit tranquillement lové dans les plis de son polo blanc et assène une bonne claque sur le crâne rasé du petit homme de sécurité : Wanchope vient de signer la fin de son aventure à la tête de la sélection nationale et démissionnera le lendemain. Mais qui est exactement cet immense gus aux grands segments qui étonne le monde du football depuis la diffusion de l'incident ? Une seule certitude, si certains le découvrent tout juste, il est une idole dans son pays : le deuxième meilleur buteur de l'histoire, très précisément, et un attaquant au CV impressionnant, passé à Heredanio et au Tokyo FC, avec des détours par Málaga et Manchester City.

Surnommé Le Cobra pour son agressivité


En 2006, Wanchope a 30 ans. Déjà considéré comme l'un des meilleurs attaquant de l'histoire la sélection costaricaine avec 43 buts en 67 matchs, il est au coude-à-coude avec les 42 pions de Rolando Fonseca pour le titre ultime. Autant dire que lorsque Wanchope inscrit un doublé contre l'Allemagne en match d'ouverture de la Coupe du monde (défaite 4-2 au final, ndlr), plus grand monde ne doute de ses capacités à distancer son compatriote, non retenu par le sélectionneur Alexandre Guimarães. Mais, ce doublé, le seul de l'histoire des Ticos en Mondial, sera le dernier. Plus aucun but en deux ans et durant les cinq…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant