Paul Philipp : "Ça m'emmerde d'aller à ce congrès"

le
0
Paul Philipp : "Ça m'emmerde d'aller à ce congrès"
Paul Philipp : "Ça m'emmerde d'aller à ce congrès"

Accompagné de Charles Schaak, vice-président de la Fédération luxembourgeoise de football, et de Joël Wolff, secrétaire général, Paul Philipp, big boss du foot luxembourgeois est arrivé en Suisse, en voiture, mercredi après-midi. Joint par téléphone alors qu'il se trouvait à Bâle, Philipp ressentait déjà les effets des secousses qui avaient frappé Zurich tôt dans la journée. Plus surpris par le timing de l'arrestation des sept responsables que par l'existence de la corruption, Paul Philipp est un homme en colère, désabusé, fatigué, mais trop amoureux de son sport pour ne pas participer, à son échelle, à faire en sorte que le football termine plus fort que les hommes qui le dirigent.

Le président de la FLF, Paul Philipp, est arrivé hier en Suisse. Ambiance. Accompagné de Charles Schaak, vice-président de la Fédération luxembourgeoise de football, et de Joël Wolff, secrétaire général, Paul Philipp, big boss du foot luxembourgeois est arrivé en Suisse, en voiture, hier après-midi. Joint par téléphone alors qu'il se trouvait à Bâle, Philipp ressentait déjà les effets des secousses qui avaient frappé Zurich tôt dans la journée. Plus surpris par le timing de l'arrestation des sept responsables que par l'existence de la corruption, Paul Philipp est un homme en colère, désabusé, fatigué, mais trop amoureux de son sport pour ne pas participer, à son échelle, à faire en sorte que le football termine plus fort que les hommes qui le dirigent.
Êtes-vous surpris par cette nouvelle ? Oui. Je ne suis pas surpris par l'existence de ces irrégularités, ces problèmes, ces pots-de-vin, mais je suis étonné du timing.
À deux jours des élections à la présidence de la FIFA, ce timing n'est pas anodin Voilà, il y a ce Congrès qui se profile. Il y a aussi un côté pratique dans ce choix de faire ces arrestations à ce moment précis. On a voulu cueillir tout le monde sur place. Moi, maintenant, ce ne sont pas les recherches qui sont faites qui m'intéressent. Les recherches, je m'en fous. Je veux des résultats, des conséquences. Parmi les gens qui sont cités, il y a ce monsieur de Trinité-et-Tobago (NDLR : Jack Warner, déjà mis en cause dans plusieurs affaires de corruption), dont le nom avait déjà été associé à des histoires pas très nettes. Maintenant, je veux de l'action, qu'on ne les voie plus jamais dans le foot.
Ces arrestations peuvent-elles changer le résultat de ces élections, qui donnaient Sepp Blatter immense favori face au Prince Ali ? Je n'en suis pas sûr, on va voir. On a une réunion demain matin à 11 h (NDLR : ce matin) entre fédérations de l'UEFA. J'espère que ce rendez-vous va permettre de définir une ligne claire.
Si Michel Platini dit de voter pour le Prince Ali, vous suivrez le mouvement ? Je serai à l'écoute, mais ça ne veut pas dire que je vais exécuter ce qu'on me dit. Nous ne sommes que 54 fédérations dans l'UEFA et il…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant