Paul-Marie Coûteaux : "Je suis le seul qui puisse tenir tête à Marine Le Pen"

le
0
Je continue de situer Marine Le Pen à droite, explique Paul-Marie Coûteaux qui désapprouve la ligne ni droite ni gauche défendue par Marine Le Pen.
Je continue de situer Marine Le Pen à droite, explique Paul-Marie Coûteaux qui désapprouve la ligne ni droite ni gauche défendue par Marine Le Pen.

Comme l'a révélé Le Point.fr, la présidente du FN a décidé de rompre avec Paul-Marie Coûteaux, président de Souveraineté, indépendance et libertés (Siel), un petit parti de 600 membres créé pour ceux qui adhèrent au projet politique de Marine Le Pen, mais qui se refusent à prendre leur carte au FN. Mis en cause, l'ancien collaborateur de Charles Pasqua et Philippe Séguin s'explique. Le Point.fr : Comment expliquez-vous cette rupture avec Marine Le Pen ? Paul-Marie Coûteaux : La chronique de mes accords et de mes désaccords avec Marine Le Pen serait longue à écrire. Personne n'y est vraiment habitué, car tout le monde est carpette devant elle. J'ai essuyé les colères de Philippe Séguin dont j'ai été le collaborateur. Alors les colères de Marine Le Pen ne me font pas peur ! Notre désaccord porte sur la ligne politique : je désapprouve l'accent exagérément mis sur l'option "ni droite ni gauche". En 2011, cette ligne n'était pas si nette, mais elle s'est beaucoup accentuée car Marine Le Pen mise sur les déçus de François Hollande. Sans compter l'un de ses conseillers, Florian Philippot, qui est surtout sur la ligne "ni droite-ni droite". Or, le positionnement du Siel a toujours été de faire battre la gauche. Cela dit, je continue de situer Marine Le Pen à droite. Ces divergences stratégiques mettent donc fin à trois ans d'alliance avec le FN...À chaque fois que nous nous engueulons, nous renouons. Par...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant