Paul Goze : " Inquiet pour Perpignan "

le
0
Paul Goze : " Inquiet pour Perpignan "
Paul Goze : " Inquiet pour Perpignan "

Paul Goze, la dernière journée de la saison régulière du Top14 a lieu ce samedi. La fin de saison a rarement été aussi disputée, c'est une super publicité pour le Championnat?Oui bien sûr. Il y a sept matchs pour lesquels au moins une des deux équipes qui s'affrontent a quelque chose à jouer. C'est quelque chose qui, je pense, n'est jamais arrivé. Cela montre la valeur de l'ensemble des équipes. La compétitivité des clubs augmente. Les clubs peuvent descendre alors qu'ils ont 50 ou 51 points. Par comparaison, l'année dernière, le club qui est descendu avait seulement 31 points. Souvent, la seule chose qui se jouait à ce stade de la saison, c'était la qualification ou alors l'ordre dans les barrages. Ce week-end, au contraire, tout est en jeu. C'est une grande satisfaction et c'est médiatiquement très important pour nous, pour le championnat, la télévision et l'ensemble des personnes qui s'intéressent au rugby.

Etes-vous inquiet pour Perpignan, votre ancien club ?Personnellement, j'aurais préféré qu'il y ait beaucoup moins d'enjeux dans certains matchs, avec des positions acquises depuis longtemps. Mais malheureusement ce n'est pas le cas. Evidemment, si on aime le club de Perpignan, on ne peut qu'être inquiet.

« Samedi soir on aura le nom du 7eme club français »

Concernant les matchs de barrages franco-anglais en Coupe d'Europe (ndlr : la réforme de la Coupe d'Europe qualifie les six premiers du Top 14 et les six premiers de la Premiership, et organise un match de barrage entre le 7eme du Top 14 et le 7eme de la Premiership), est ce que la date et le lieu sont des sujets à l'ordre du jour ?La nouveauté c'est que depuis que les récentes demi-finales du Challenge européen sont passées, on sait que le club anglais qui doit faire les barrages ne sera pas qualifié pour la suite de la compétition puisqu'il a perdu. Il y aura donc un match aller-retour et on fera un tirage au sort pour savoir qui reçoit en premier. En France le club n'est pas encore définitivement nommé. Il le sera à la suite des matchs de ce week-end. Donc, samedi soir on aura le nom du 7eme club français. On connait presque le 7eme anglais. Il suffira donc d'organiser un tirage au sort. Ce dernier se fera le 5 mai si le 7eme anglais est connu avec certitude ou le 12 mai s'il faut attendre la dernière journée du championnat d'Angleterre. Les barrages auront lieu le week-end des demi-finales (16 et 17 mai), puis le week-end de la Coupe d'Europe (23 et 24 mai). C'est d'ailleurs pour ça que si les Wasps, qui ont le plus de chances d'être 7eme en Angleterre, avaient gagné leur demi-finale de Challenge, ils auraient joué la finale le 23, c'est-à-dire la veille du retour de barrages, et il n'aurait pas pu y avoir de matchs aller-retour pour ce barrage. Vu qu'ils sont éliminés, ils sont libres les deux week-ends donc on pourra faire un match aller-retour. Les Coupes d'Europe ont mis du temps à se mettre en place cette année, donc on n'avait pas la marge de man?uvre suffisante pour assurer le fait de jouer deux matchs de barrages : un aller et un retour. Mais on aura ça l'année prochaine.

« Si Laporte a envie d'être président de la Fédé, je n'y vois pas d'inconvénients »

Vous avez négocié la convention avec Pierre Camou, le président de la Fédération. Est-ce que vous imaginez, un jour, négocier une convention avec Bernard Laporte ?La prochaine négociation est en 2017. Je ne sais pas si je serai toujours président (de la Ligue) lors de cette prochaine négociation. C'est ça la vraie question qu'il faut que je me pose d'abord. Mais quelque soit ma décision, et si d'aventure je me représentais et j'étais réélu, je négocierai la convention avec n'importe quel président.

Quel est votre sentiment sur la sortie de Bernard Laporte, qui dit vouloir briguer la présidence de la FFR aux élections de 2016 ?Chacun est libre d'avoir les ambitions qu'il veut. Il veut briguer la présidence, ok. Mais entre briguer et l'avoir, il y a une différence fondamentale. Quand on brigue deux ans avant, il y a plein de choses qui peuvent se passer et qui font que ce qu'on briguait, on le brigue moins. Je n'ai pas d'opinion là-dessus. Je pense que s'il a envie d'être président de la Fédération, qu'il se présente à ce poste, je n'y vois pas d'inconvénients. S'il a de très bonnes idées pour le rugby français, des idées qui le feront progresser, je suis tout à fait preneur de sa candidature.

Quelles mesures, prises par la Ligue Nationale de Rugby, entreront en vigueur la saison prochaine ?Un certains nombre de décisions ont été prises, en particulier ce que nous avons appelé le « new deal », qui a entraîné une répartition de l'attribution financière. A la suite du nouveau contrat avec Canal+, qui va amener une visibilité pour le rugby pour plusieurs années, la LNR a souhaité à la fois élaborer un plan d'actions et aménager une nouvelle distribution financière. Les quatre idées fortes du « new deal », c'est d'améliorer l'attractivité de notre championnat, développer la formation, moderniser les stades et consolider la situation financière des clubs.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant