Paul Delecroix : " Les Chamois devront toujours survivre "

le
0
Paul Delecroix : " Les Chamois devront toujours survivre "
Paul Delecroix : " Les Chamois devront toujours survivre "

Delecroix et les Chamois sont sur un bateau. L'un joue les gardiens du temple, les autres essayent de sauver leur peau, mais les deux vont dans le même sens. Le premier rentre ce soir dans le club des centenaires en Ligue 2, les seconds fêtent leurs 90 printemps. Entretien au sommet de la diagonale du vide, en compagnie du dernier taulier de son espèce.

Tu fêtes ce soir ta 100e apparition en Ligue 2. À 27 ans, c'est un aboutissement ? Ce sont des statistiques. Je pourrai les mettre en plus sur mon CV Mais je n'y porte pas trop attention. Le plus important pour moi, c'est le bien du club. Il va fêter ses 90 ans en plus donc ça serait pas mal de le maintenir. Ça a été difficile, ça va être difficile, mais j'espère que le plus difficile est derrière nous.
Tu l'as dit, les Chamois fêtent cette année leur 90 ans. Comment on aborde ça au club ? On va voir ce qu'il va se passer, on commence tout doucement à sentir l'effervescence. Peut-être qu'ils vont nous faire une surprise... Je pense qu'il va y avoir un feu d'artifice, des activités pour les enfants et des animations. Si on peut participer aux festivités avec une victoire pour finir en beauté, ça serait on ne peut mieux.
L'info du jour c'est donc qu'il va y avoir un feu d'artifice à René Gaillard C'est vrai que c'est beau ! (Rires) On n'a pas dû en voir beaucoup ici. Faudra bien en prendre plein les yeux, parce qu'un feu d'artifice un 6 novembre à Niort, c'est du jamais vu
Le club a donc été créé en 1925, mais aucune date exacte n'est précisée. Alors pourquoi choisir ce 6 novembre ? Parce que c'est Metz. C'est l'une des plus grosses équipes que l'on rencontre cette année à domicile. Sinon, je ne sais pas trop pourquoi Disons que c'est pour la puissance du FC Metz dans le foot français. C'est un grand nom pour un match de gala.
Tu sens de l'effervescence en ville ou pas du tout ? Non, pas vraiment, c'est comme d'habitude. Niort, c'est une ville paisible, hein... (Il sourit) À part les faits-divers qui se passent en ce moment et qui sont dramatiques (plusieurs cas d'agressions et faits de viol, ndlr), pour le foot, il n'y a pas grand-chose d'étonnant. Il n'y a jamais eu vraiment d'engouement, sauf quand on a failli monter il y a deux ans (ils terminent finalement 5e, ndlr). C'est une ville qui ne vit pas pour le foot mais qui aime bien ça. On a plus des spectateurs que des supporters on va dire, même s'il y a toujours un groupe qui nous suit (Niort 1925, ndlr). Les gens viennent pour du foot, parce qu'ils savent qu'on produit…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant