Patrimonia a mis au jour les vraies préoccupations des CGPI

le
0
(NEWSManagers.com) -
C'est finalement une augmentation de 9,1 % du nombre de congressistes que les organisateurs du salon Patrimonia ont enregistré d'une édition à l'autre ? contre 20 % attendu. Soit au total 6.048 personnes. La fréquentation reste élevée, notent les responsables de la manifestation dédiée aux conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI), compte tenu du climat d' incertitude de cette fin septembre. En outre, en dépit des fortes baisses sur les marchés constatées depuis le début du mois d'août, de nombreuses sociétés de gestion présentes au salon ? parmi les 217 partenaires ? exposants ? ont relevé une étonnante sérénité des conseillers.


Qu'il s'agisse d'établissements présents depuis plusieurs années comme Rivoli Finance, de nouveaux arrivants comme Somangest, ou de sociétés en vue comme Alienor Capital, tous remarquent leur comportement radicalement différent de celui qui avait suivi la crise de 2008. Plusieurs explications sont avancées : tout d'abord, le fait que la baisse n'a épargné personne, ce qui a eu tendance à résigner un grand nombre d'entre eux. Et les ont conduits à privilégier une nouvelle fois les fonds flexibles, nouvelles vedettes de ce Patrimonia. Autre explication donnée : la présence des fonds en euros dans les portefeuilles qui est restée forte, à côté de fonds phare comme Carmignac Patrimoine pour doper la performance de l'ensemble. Ce que confirme un grand tierce party marketer de la place : " soit les CGPI n'ont pas pris la mesure d'une crise qui n'est pas conjoncturelle, soit ils ont retenu la leçon de 2008 et ont adopté une allocation d'actifs plus raisonnable" ." C'est peut être le retour du bon sens" , note également un professionnel qui prédit par la même occasion un plus grand intérêt pour les produits fondamentaux au détriment des ETF...


Reste qu'entre sérénité et absence de préoccupations, il y a un pas à ne pas franchir. Cette année, résume un gérant, l'inquiétude n'est pas du côté des marchés financiers pour les CGPI mais de la réglementation. Avec notamment l'interdiction des rétrocessions de commissions pour les indépendants qui figure dans la directive MIF élaborée par la Commission européenne. En attendant, certains cadres de sociétés de gestion présents au salon considéraient leur secteur guère mieux lotis. " Les sociétés mono classe d'actifs vont souffrir" , prédisait jeudi 29 septembre l'un d'entre eux. " Pas forcément des petits établissements qui affichent des structures de coûts légères mais plutôt des sociétés de taille intermédiaire. Celles-là pourraient faire les frais d'un mouvement de consolidation."

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant