Patrick Weil : « Il était temps que la France ouvre les filières sélectives à tous les bacheliers »

le
0
Les 10 % de meilleurs bacheliers de chaque lycée ont désormais un accès garanti aux filières sélectives.
Les 10 % de meilleurs bacheliers de chaque lycée ont désormais un accès garanti aux filières sélectives.

L’historien Patrick Weil a inspiré le dispositif Meilleurs Bacheliers, qui permet aux 10 % de jeunes de chaque lycée ayant obtenu les meilleures notes au bac d’avoir une porte d’entrée supplémentaire vers les filières sélectives (BTS, DUT, prépas).

Les 10 % de bacheliers qui ont obtenu les meilleurs résultats au bac, mais qui n’ont pas eu leur premier vœu sur APB, ni une place en filière sélective, se voient actuellement proposer des places dans les filières sélectives de l’enseignement supérieur, grâce au dispositif Meilleurs Bacheliers.

Quel bilan tirez-vous du dispositif Meilleurs Bacheliers, trois ans après son lancement ?

Je salue tout d’abord la forte impulsion donnée par la ministre de l’éducation nationale actuelle, Najat Vallaud-Belkacem. Le dispositif Meilleurs Bacheliers a été voté par les parlementaires, contre l’avis des ministres précédents, Vincent Peillon et Geneviève Fioraso. Et l’on sait que les effets d’une loi tiennent beaucoup à la manière dont le gouvernement veille à sa mise en œuvre.

Ensuite, le résultat est là : 1 800 bacheliers en ont bénéficié l’an dernier, voyant leur vœu dans une filière sélective (BTS, DUT, prépa, école publique post-bac) exaucé, alors qu’il ne l’aurait pas été sinon. Ce chiffre devrait augmenter, car j’ai le sentiment que la mesure est populaire, et de mieux en mieux connue par les principaux intéressés : les lycéens et leur famille.

Vous mettez tout de même un bémol à ce constat favorable…

Des améliorations sont encore nécessaires. La ministre a décidé d’appliquer ce dispositif au sein de la procédure APB. Dans ce cadre, les lycéens émettent un certain nombre de vœux. On sait bien que ces choix sont fortement liés au milieu familial et social. Pour certains jeunes,...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant