Patrick Roberts, le golden boy

le
0
Patrick Roberts, le golden boy
Patrick Roberts, le golden boy

Ça y est, Manchester City, toujours plus dépensier, a lâché 16 millions d'euros pour arracher Patrick Roberts à Fulham. Un type qui est comparé à Messi, mais qui n'a même pas disputé 30 matchs en pro depuis ses débuts, en mars 2014. Alors, très gros coup ou coup de folie ?

Il y a d'abord chez Patrick Roberts ce gabarit : 1 mètre 67 pour 58 kilos, qui déjà rappelle la silhouette de l'actuel meilleur joueur du monde. Et puis il y a cet amour du crochet court, et du double contact, du dribble simple, utile, et toujours dans le sens du jeu. Enfin, il y a une accélération démentielle, et un ballon qui colle au pied en toutes circonstances. En bref, quelques éléments physiques et techniques qui rappellent le génie barcelonais et qui lui valent rapidement le surnom de "Messi anglais" dans la presse britannique, peu avare en enflammades. Car pour le reste, Patrick Roberts a encore, logiquement, beaucoup à prouver sur le pré.

Un diamant à polir


Né à Kingston upon Thames, une petite ville de 43 000 habitants à l'Ouest du Grand Londres, de deux parents scousers, Patrick Roberts se passionne rapidement pour le ballon rond et pour les Reds, avant de démontrer très jeune de grandes qualités. D'abord licencié au AFC Wimbledon, il est repéré à treize ans par Fulham après avoir terminé meilleur buteur d'un tournoi organisé par la chaîne de supermarché Tesco, et rejoint ainsi le centre de formation des Cottagers, avant de signer son premier contrat pro après son dix-septième anniversaire, en février 2014. Jusque-là, rien d'anormal. Un homme va pourtant se charger de faire basculer la carrière du jeune homme. À l'instar de Carlo Ancelotti lorsqu'il avait découvert Adrien Rabiot, Felix Magath, alors en mission sauvetage après avoir été nommé entraîneur le jour de la Saint-Valentin, va faire un tour dans les catégories de jeunes, histoire de dégoter du sang neuf.

Bluffé par les qualités du petit ailier, l'Allemand, d'ordinaire plutôt avare en compliments, décrit alors Roberts comme un "talent extraordinaire" avant de le convoquer dans le groupe pro, et de le lancer dans le grand bain en le faisant entrer en jeu face à Manchester City (défaite 5-0), puis Everton (défaite 1-3). Et si Magath et son nouveau joyau ne peuvent empêcher la relégation inévitable, Roberts continue sur sa lancée en éclaboussant l'Euro U17 de son talent, et en menant l'Angleterre à la victoire finale, avec trois buts et quatre passes décisives. Au même titre que son partenaire Dominic Solanke ou que le Portugais Ruben Neves ou encore le Hollandais Steven Bergwijn, Roberts attire alors la convoitise de tous les cadors de Premier League, d'Arsenal à…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant