Patrick Mennucci, l'anti-Guérini

le
1
Pilier de la campagne présidentielle de Ségolène Royal en 2007, le député des Bouches-du-Rhône a construit sa candidature contre Jean-Noël Guérini.

Il a longtemps été connu pour son surnom, le voilà en passe de se créer un nom. Depuis 2007 et la campagne électorale de Ségolène Royal, Patrick Mennucci traînait derrière lui le sobriquet de «Ségolin». Un surnom dont l'avaient affublé à l'époque ses camarades socialistes pour moquer son implication au côté de la candidate à la présidentielle. Lui-même n'y avait d'ailleurs pas été de main morte en publiant, après la défaite de Ségolène Royal, un livre au titre évocateur - Ma candidate -, récit énamouré d'une campagne entre coups bas et espoirs de victoire. Six ans plus tard, à 58 ans, voilà donc ce jeune papa en passe de s'émanciper. Mais à condition bien sûr de remporter la primaire socialiste pour défier Jean-Claude Gaudin et tenter de lui ravir Marseille.

«Je suis intellectuellement et politiquement...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 14 oct 2013 à 16:44

    Les places sont très bonnes beaucoup de candidats mais un élu.