Patrick Karam : «Le Crefom sera le porte-voix de l'Outre-mer»

le
0
Patrick Karam : «Le Crefom sera le porte-voix de l'Outre-mer»
Patrick Karam : «Le Crefom sera le porte-voix de l'Outre-mer»

Ancien délégué interministériel à l'égalité des chances des ultramarins sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Patrick Karam prend aujourd'hui la présidence du nouveau Conseil Représentatif des Français d'Outre-mer.

Vous lancez aujourd'hui le Conseil Représentatif des Français d'Outre-mer (Crefom) dont vous allez assurer la présidence. Encore un nouveau collectif ?

Patrick Karam : Ce n'est pas un collectif mais un vrai Conseil représentatif des Français de l'Outre-mer, et c'est une véritable première. Jusqu'à présent on n'arrivait pas à rassembler même les associations ultramarines de l'hexagone, très marquées par leurs origines. Plus d'une centaine d'associations participent à la fondation du Crefom, qui seront bientôt rejointe par des milliers d'autres. Nous avons aussi un collège d'élus de tous bords politiques et des personnalités représentatives de la belle diversité de l'Outre-mer.

A quel besoin répond le Crefom ?

Le Crefom se donne pour mission de valoriser, promouvoir et défendre les Outre-mer. Lorsque la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a été victime d'attaques racistes, il y a eu de la part des autorités un retard à l'allumage pour la défendre. On a bien senti à ce moment là qu'il manquait une voix puissante des ultramarins.

De même qu'il est nécessaire de faire entendre fortement leur voix pour résister actuellement au chantage des compagnies pétrolières qui veulent conserver leurs marges en outre-mer, au détriment des consommateurs. Avec le collectif, les pétroliers devront en rabattre. Le problème c'est que la presse nationale a du mal à s'emparer des sujets de l'Outre-mer qui lui semblent trop lointains. Le Crefom sera le porte-voix de l'Outre-mer. Mais il sera aussi une instance de débat, de discussion et d'échange entre-nous.

Ne va-t-on pas vous reprocher de faire surgir un nouveau communautarisme ?

Nous voulons absolument fuir le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant