Patrick Balkany perd son immunité parlementaire et estime être «jeté aux chiens»

le
3
Patrick Balkany perd son immunité parlementaire et estime être «jeté aux chiens»
Patrick Balkany perd son immunité parlementaire et estime être «jeté aux chiens»

Le bureau de l'Assemblée nationale a décidé ce mercredi à l'unanimité de lever l'immunité parlementaire du député-maire UMP Patrick Balkany. L'élu de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) est mis en examen depuis octobre pour corruption passive et blanchiment de fraude fiscale dans une enquête visant également son épouse, Isabelle Balkany.

Un train de vie passé au crible

Jusqu'alors, son statut de parlementaire interdisait aux juges de lui imposer des mesures restrictives de liberté (garde à vue, détention provisoire, contrôle judiciaire). Seul un cas de crime, de flagrant délit ou de condamnation définitive aurait pu permettre à la justice de se passer de l'avis de l'Assemblée nationale. Or les juges souhaitent que l'élu remette son passeport afin qu'il ne puisse pas quitter le territoire français.

Dans un communiqué publié par son épouse Isabelle Balkany, le député-maire UMP de Levallois assure qu'il ne démissionnera pas. Il a «pris acte» de la décision, mais dénonce un «déferlement insensé de mensonges» et «la violence du déchaînement des médias». Il estime être «jeté aux chiens et à une sorte de justice en place publique qui rappelle les plus sombres périodes de notre histoire». L'expression jeté aux chiens avait été utilisée par François Mitterrand après le suicide de Pierre Beregovoy. Le 1er mai 1993, le chef de l'Etat socialiste avait ainsi visé ceux qui avaient «livré l'honneur d'un homme» mis en cause par la presse.

COMMUNIQUÉ DE PATRICK BALKANY #patrickbalkany pic.twitter.com/0GR1Xpx05W-- Isabelle Balkany ? (@ibalkany) 18 Mars 2015

VIDEO. Balkany : «Quand on a rien à se reprocher, on se sent bien» (oct. 2014)

Arnaud de Courson demande sa démission

Sur Twitter, plusieurs élus socialistes se sont félicités de cette levée d'immunité, à l'instar du député Olivier Dussopt pour qui c'est «une bonne chose». «Que la justice fasse son travail. Il y a sans doute du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • duine le mercredi 18 mar 2015 à 12:13

    ce qui me fout le plus de bouton c'est georges tron.Le mec il va passer devant les assises mais il court toujours...cf meeting de ce we dans l'essone...Cela serait le pékin moyen il serait en cabanne depuis longtemps...

  • M940878 le mercredi 18 mar 2015 à 12:07

    et Cahuzac , toujours pas en taule ?

  • M7093115 le mercredi 18 mar 2015 à 10:51

    Ces gens, de droite comme de gauche , sont la honte de la Démocratie Ils doivent être sanctionnés très durement. Cela explique en bonne partie le discrédit des hommes politiques dans ce pays