Pastore, l'art de l'ironie

le
0
Pastore, l'art de l'ironie
Pastore, l'art de l'ironie

Javier Pastore a l'art du contre-pied sur un terrain de football. Il ajoute maintenant l'art de l'ironie dans les médias. Dans un entretien à paraître vendredi dans le nouveau numéro du magazine Surface, le milieu de terrain du PSG s'est livré avec franchise mais aussi dérision. Une interview décalée qui aborde tous les détails de la saison passée, symbole de victoires pour le club de la Capitale. A question étonnante, réponse détonante. Interrogé sur l'équipe qu'il a estimé la plus difficile à battre, l'ancien joueur de Palerme balance « Evian ! ». Avant de pouffer de rire : « Non franchement, Lyon, rectifie-t-il en précisant le fond de sa pensée. C'est un club historique qui joue bien au ballon, ce n'est jamais simple de les battre. » Mais pourquoi pas l'OM alors qui a terminé à la deuxième place du championnat ? Pastore n'y va pas de main morte et rétorque un « Marseille ? Ils sont morts ! ». Une réponse toute faite pour satisfaire les supporters parisiens?

« Matuidi ? Il a souvent couru à ma place, à celle de Lavezzi, d'Ibra? »

La suite est une ribambelle de questions sur les moments et les joueurs préférés de l'international argentin. A tout seigneur tout honneur, ce n'est pas un mais deux joueurs parisiens que Pastore a décidé de mettre en avant à l'issue de la saison 2012-13. Maxwell d'abord, que le milieu de terrain parisien considère comme « le joueur le plus fort techniquement. Ça ne se voit pas beaucoup sur le terrain parce qu'il joue défenseur mais aux entraînements, c'est le joueur qui m'a le plus bluffé ». Une réponse à laquelle on ne s'attendait pas forcément. Pour l'autre Parisien mis en valeur, cela paraît plus évident. Considéré comme le meilleur joueur français de la dernière saison de Ligue 1, Blaise Matuidi est devenu une référence aux yeux de l'Argentin. « Matuidi, il a énormément progressé ! Je suis là depuis deux ans et ce n'est plus le même joueur. Il marque même des buts et a souvent couru à ma place (rires), à celle de Lavezzi, d'Ibra? (rires) » Des rires qui cachent forcément la vérité tant l'international français a abattu un travail considérable à la récupération.

« Le public de Paris est bien, même s'ils nous ont beaucoup sifflés cette année? »

Après avoir qualifié le match « contre Barcelone au Camp Nou » de match le plus fou qu'il ait joué avec le PSG, le natif de Cordoba révèle qu'il a été bluffé par la saison d'un compatriote qui évolue à Nice : Dario Cvitanich. « Je l'avais déjà vu en Argentine et il a vraiment beaucoup progressé, explique-t-il. J'ai été surpris par tous les buts qu'il a marqués cette année. » On ne peut que lui donner raison sur ce point. Inconnu au bataillon, l'attaquant azuréen a terminé la saison avec 19 unités au compteur. Par contre, sur le choix des meilleurs gardiens, son avis est plus discutable. Si « Sirigu » est le nom qui sort en premier de sa bouche, c'est celui d'« Ahamada » qui suit. Sans être trop critique envers le gardien de Toulouse, on peut estimer qu'il n'a pas réussi une saison de premier ordre. Enfin, dernier acte de cet entretien instructif, son avis sur les publics en France. Et là, celui du Parc des Princes en prend un peu pour son grade : « Celui de Paris est bien même s'ils nous ont beaucoup sifflés cette année (rires), plaisante l'Argentin. Sinon, celui de Saint-Étienne. C'est celui qui se rapproche le plus des publics argentins. » Un Chaudron que Javier Pastore retrouvera cette année encore. Avec, pourquoi pas pour le PSG, autant de réussite?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant