Passera jette l'éponge dans le dossier Monte dei Paschi

le
0
 (Actualisé avec communiqué de Monte dei Paschi, cours de 
clôture) 
    par Maria Pia Quaglia et Stephen Jewkes 
    MILAN, 1er novembre (Reuters) - L'ex-dirigeant bancaire et 
ex-ministre Corrado Passera a retiré mardi son plan de sauvetage 
de Banca Monte dei Paschi di Siena  BMPS.MI  en accusant la 
banque en difficulté d'ignorer les intérêts de ses propres 
actionnaires.  
    Le retrait de ce projet alternatif ne laisse pas d'autre 
choix aux investisseurs que d'approuver le plan de redressement 
élaboré par Monte dei Paschi elle-même avec le soutien de 
JPMorgan, un projet qui prévoit la vente de 28 milliards d'euros 
de créances douteuses et un appel au marché à hauteur de cinq 
milliards d'euros. 
    "Le nôtre représentait une proposition sérieuse pour 
redresser et relancer la banque, qui aurait donné un rôle clé 
aux actionnaires actuels", a dit Corrado Passera dans une lettre 
ouverte à la direction de Monte dei Paschi. 
    "On nous a refusé les conditions minimales permettant de le 
mettre en oeuvre." 
    Monte dei Paschi a déclaré dans un communiqué regretter la 
décision de Passera tout en expliquant que ses demandes étaient 
sans fondement et incompatibles avec l'engagement de la banque à 
garantir à tous les investisseurs un accès équitable à ses 
données financières. 
    La banque toscane veut boucler son augmentation de capital - 
la troisième en trois ans - avant la fin de l'année, un objectif 
jugé ambitieux par de nombreux analystes et observateurs en 
raison de l'incertitude liée au référendum constitutionnel du 4 
décembre, qui pourrait faire tomber le gouvernement et 
déstabiliser les marchés financiers.  
    Classée au dernier rang des tests de résistance de la Banque 
centrale européenne (BCE) cette année, Monte dei Paschi est 
pourtant censée renforcer son bilan avant le 31 décembre pour 
écarter tout risque de mise sous tutelle et de démantèlement. 
         
    LA BANQUE A PERDU 80% DE SA VALEUR EN 2016 
    Dans sa lettre, Corrado Passera explique avoir réuni des 
investisseurs prêts à investir environ deux milliards d'euros 
dans la banque. Il ne précise pas l'identité de ces 
investisseurs, disant qu'il était prêt à le faire à condition 
que Monte dei Paschi signe un accord de confidentialité. 
    Un porte-parole de l'ex-ministre de l'Industrie a déclaré 
que Monte dei Paschi avait posé des conditions telles qu'il 
était devenu impossible de signer un tel accord et qu'elle ne 
lui avait pas communiqué des informations qui auraient dû être 
mises à la disposition de tous les investisseurs potentiels. 
    La banque toscane a dit que la proposition de Passera 
n'était pas ferme, qu'elle engageait des investisseurs qu'il 
n'avait pas nommés et qu'elle n'était pas encore "solide". 
    Lundi, une source proche de la banque avait déclaré que 
celle-ci était prête à donner à Passera l'accès à ses données 
financières à condition qu'il dévoile au préalable l'identité 
des investisseurs associés à son projet. 
    A la Bourse de Milan, l'action Monte dei Paschi, très 
volatile ces derniers mois, a gagné 0,74% à 0,2449 euro mardi. 
Le titre a perdu 80% de sa valeur depuis le début de l'année, la 
valeur du groupe tombant autour de 715 millions d'euros.  
    Le Corriere della Sera rapporte mardi que le gouvernement a 
élaboré un plan d'urgence dans l'hypothèse où Monte dei Paschi 
ne parviendrait pas à lever les cinq milliards d'euros de 
capitaux frais visés. 
    Rome envisage un mécanisme de garantie publique de 
l'augmentation de capital et une conversion obligatoire 
d'obligations en actions pour les investisseurs institutionnels, 
explique le quotidien. Un tel plan nécessiterait l'accord des 
autorités européennes. 
    
 
 (Maria Pia Quaglia et Stephen Jewkes; Marc Angrand pour le 
service français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant