Passe d'armes USA-Russie à l'Onu sur l'accord de trêve en Syrie

le
0
    NATIONS UNIES, 17 septembre (Reuters) - La Russie a jugé 
vendredi peu probable que le Conseil de sécurité des Nations 
unies endosse l'accord conclu entre Moscou et Washington sur une 
trêve en Syrie en raison du refus des Etats-Unis de diffuser au 
sein de l'instance internationale les documents détaillant cette 
initiative. 
    Le représentant de la Russie auprès de l'Onu, Vitali 
Tchourkine, et son homologue américaine Samantha Power devaient 
informer le Conseil de sécurité au sujet de cet accord vendredi 
mais cette réunion à huis clos a été annulée à la dernière 
minute. 
    "Le principal problème (...) qui dans mon esprit rend 
impossible de produire la moindre résolution, c'est qu'ils 
refusent de transmettre ces documents aux membres du Conseil de 
sécurité ou même de lire ces documents aux membres du Conseil de 
sécurité", a dit Vitali Tchourkine à la presse. 
    "Nous pensons que nous ne pouvons pas leur demander (aux 13 
autres membres du Conseil-NDLR) d'apporter leur soutien à des 
documents qu'ils n'ont pas vus", a ajouté le diplomate russe, en 
laissant entendre que cet accord ne faisait pas l'unanimité au 
sein de l'administration américaine. 
    La mission des Etats-Unis auprès de l'Onu a pour sa part 
déclaré qu'elle n'était pas parvenue à s'entendre avec la Russie 
sur une procédure permettant d'informer le Conseil de sécurité 
"sans compromettre la sécurité opérationnelle de l'accord". 
    "En ce moment, nous sommes concentrés sur la mise en oeuvre 
de l'accord (...), particulièrement sur la nécessité urgente de 
faire parvenir l'aide humanitaire aux Syriens qui en ont 
besoin", ont réagi les Américains dans un communiqué. 
    Vitali Tchourkine a déclaré que la Russie avait transmis aux 
Etats-Unis deux versions d'un projet de résolution censé 
traduire l'accord entre les deux pays. Jeudi, il avait déclaré 
que Moscou espérait l'adoption d'une telle résolution la semaine 
prochaine en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'Onu. 
    "De manière typique, ils sont revenus avec une chose 
totalement différente, qui s'efforce d'interpréter et de 
réinterpréter l'accord", a dit l'ambassadeur russe. 
    Une résolution du Conseil de sécurité renforcerait le poids 
politique de l'accord sans modifier la situation sur le terrain. 
    La France, membre permanente du Conseil de sécurité, a 
réclamé jeudi de connaître les détails de cet accord 
russo-américain.   
 
 (Michelle Nichols; Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant