Passe d'armes Gattaz-Hollande sur le salaire du patron du Medef

le
4
Passe d'armes Gattaz-Hollande sur le salaire du patron du Medef
Passe d'armes Gattaz-Hollande sur le salaire du patron du Medef

Bataille de mots entre le sommet de l'Etat et celui des entreprises. Le président de la République François Hollande a appelé le président du Medef Pierre Gattaz à la «responsabilité» mardi alors que le Canard enchaîné révèle que celui-ci a augmenté sa rémunération dans son entreprise. Pierre Gattaz, qui dirige l'entreprise de composants électroniques Radiall, s'est octroyé l'an dernier une augmentation de 29%, «bonus compris». Ce dernier s'est empressé de répliquer sur son blog.

«Il y a un moment où chacun doit être responsable: on ne peut pas demander la baisse du Smic, voire sa suppression, et en même temps considérer qu'il n'y a pas de salaire maximum», a déclaré le chef de l'Etat sur BFMTV-RMC. «Que tout est possible pour ceux qui sont en haut et que rien ne serait possible pour ceux qui sont en bas !», a protesté le président, interrogé spécifiquement sur cette révélation de l'hebdomadaire satirique.

La réponse sans compromis de Gattaz

Cette polémique intervient alors que le président du MEDEF a proposé il y a deux semaines la création d'un salaire transitoire inférieur au Smic et prône une limitation de la hausse des salaires. Pour François Hollande, la hausse de sa rémunération, c'est «un principe contraire aux principes de la République».

La réponse du président du Medef est cinglante et argumentée par des chiffres. Sur son blog, Pierre Gattaz se justifie. «Je n'ai pas de problème à être critiqué ou moqué, et je ne prétends pas que la politique salariale et d'embauche de Radiall soit le nec plus ultra et un modèle à suivre. Mais je crois essayer d'être le plus cohérent possible avec ce que je prône.»

Et il détaille sa position : «Quand j'ai parlé de modération salariale, j'avais précisé qu'elle devait se comprendre en fonction de la situation de l'entreprise. Radiall est en croissance forte et est rentable (tant mieux ? croisons les doigts). ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3365316 le mardi 6 mai 2014 à 16:44

    en nombre d emploi qu'il n'a pas pu créer ; ça fait combien?

  • M3365316 le mardi 6 mai 2014 à 16:43

    merci Mr gattaz ; cqfd . mais on s'en doutait de votre part

  • jbellet le mardi 6 mai 2014 à 16:34

    a force d'ennuyer (je suis poli) ceux qui créaient des richesses et les entrepreneurs toute l'industrie française va partir a cause d’incompétents notoires comme flan.by, montebourg et nos enarques

  • M4841131 le mardi 6 mai 2014 à 16:24

    «Il y a un moment où chacun doit être responsable: on ne peut pas demander la baisse du Smic, voire sa suppression, et en même temps considérer qu'il n'y a pas de baisse de salaire des députés et sénateurs», a déclaré le chef de l'Etat ===>> voilà ce qu'il aurait dû dire le 1er des fu.miers de france