Pascal Papé : " Laissez-nous dans la peau d'outsider "

le
0
Pascal Papé : " Laissez-nous dans la peau d'outsider "
Pascal Papé : " Laissez-nous dans la peau d'outsider "

Satisfait de la victoire contre le Canada, Pascal Papé a déjà hâte de disputer la finale du groupe D contre l'Irlande, qui sera favorite face aux Bleus.

Pascal Papé, cette victoire à cinq points contre le Canada, c’est une bonne chose de faite ?
Oui, cinq points, on est très heureux. On a fait de bonnes choses, d’autres où on aimerait faire mieux. On s’est donné les moyens de faire une finale de groupe dans dix jours contre l’Irlande.

Cette équipe de France semble en progrès...
Il y a des progrès. On avance doucement, gentiment, sûrement, caché. Mais on prend du plaisir. Aujourd’hui, ça n’a pas été facile, la faute à une belle équipe du Canada. S’ils gagnaient contre l’Italie, il n’y avait rien à dire, et ce soir (jeudi), franchement, ils nous ont aussi posé des problèmes. Maintenant, on va fermer la page Canada et ouvrir celle de l’Irlande. On a presque envie que la semaine passe à 10 000 à l’heure pour pouvoir faire ce match frontal face à l’Irlande.

On a l’impression qu’il se passe quelque chose dans ce groupe France...
Oui, on avance, on prend du plaisir. Ce soir, le vestiaire était joyeux car on sait que ça a ferraillé dur, on commence à avoir de bons automatismes devant. On commence à se trouver de mieux en mieux en conquête, à poser des problèmes. On aimerait que ça aille un peu plus loin, notamment sur nos offensives où on fait soit la passe de trop, ou un petit détail qui ne va pas. Il y a encore du boulot.

« Prouver qu’on n’est pas pourri »

Comment expliquez-vous ces deux essais encaissés en cinq minutes ?
Ce sont deux erreurs sur les coups d’envoi. Il n’y a même pas le feu. Deux erreurs en cinq minutes qui se paient cash. Ça sera un axe de travail, tout comme les duels aériens, car les Irlandais sont excellents dans ce domaine, mais je ne suis pas inquiet.

L’Irlande sera favorite dans dix jours ?
Laissez-nous dans la peau d’outsider, de challenger, car on aime ça. Oui, elle sera favorite, et comme vous le dites depuis le début, elle joue magnifiquement bien (ironique), donc j’espère qu’on aura un peu notre chance contre eux. On pourra prouver qu’on n’est pas pourri et que nous aussi on a une belle équipe.

Un mot sur Jamie Cudmore, qui s’est incrusté dans le cercle formé par les Bleus en fin de première mi-temps ?
C’est du Jamie, c’est de l’intox. C’est ce qui fait le charme de ce sport. C’est marrant, et venant de Jamie, ce n’est pas étonnant (sourire). C’est un joueur important chez eux. Dans toutes les équipes, il y a des joueurs rugueux, casse-couilles comme Jamie. C’est une qualité ! (sourire). 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant