Pascal Grambin : " 2 000 euros pour un premier contrat pro, c'est déjà beaucoup "

le
0
Pascal Grambin : " 2 000 euros pour un premier contrat pro, c'est déjà beaucoup "
Pascal Grambin : " 2 000 euros pour un premier contrat pro, c'est déjà beaucoup "

À 46 ans, Pascal Grambin a connu plusieurs vies : ancien membre du groupe de rap Little MC et ancien associé dans une boîte de management, il collabore depuis 2006 avec l'organisme Management Sport Agency. L'occasion de revenir avec lui sur l'évolution du métier d'agent, sur la folie du dernier marché des transferts et sur un football qu'il souhaiterait plus humain.

Comment es-tu devenu agent de joueurs ? Il faut rappeler que je viens de Vitry et que, comme tous les mecs de Vitry ayant grandi dans les années 80, j'ai d'abord évolué dans le hip-hop. Avec les Little Mc, on était le premier groupe à signer et à publier un album sur une major, chez Mercury. Par la suite, on a monté une boîte de management d'artistes avec mon ami d'enfance Vénus Gomis, puis Sport & People, un organisme au sein duquel l'on avait en exclusivité les contrats des joueurs de l'équipe de France et un intermédiaire japonais en charge de récupérer les contrats des sponsors en vue de la Coupe du monde au Japon et en Corée du Sud. Mais comme souvent, on s'est fait avoir. Chaque agent a monté son propre projet de son côté et il a fallu repartir à zéro. On a donc développé la carrière de David Belle, le fondateur du Parkour et membre des Yamakasi, à qui on a fait signer un contrat de trois ans avec Nike USA. Par la suite, tout s'est enchaîné, mais c'est surtout la rencontre avec les agents Henri Zambelli et Philippe Flavier, qui nous a permis de pénétrer ce milieu d'agents.
Pourquoi et comment t'es-tu spécialisé dans le foot ? À Vitry, on connaissait un jeune attaquant : Jimmy Kébé. Comme on s'entendait bien avec lui et que l'on avait quelques connexions, on a commencé à s'occuper de lui. À 18 ans, on lui permet de rejoindre le RC Lens, mais il ne jouait pas. Pour la petite anecdote : Gervais Martel a même découvert qu'il avait un attaquant malien dans son équipe en regardant les JO d'Athènes en 2004, où Jimmy a plutôt bien marché. Lens, lui, a d'ailleurs offert un contrat pro dans la foulée, avant de le prêter à Châteauroux, puis à Boulogne et de le revendre à Reading.
De là tout est parti ? À vrai dire, tout a commencé il y a quinze ans lorsqu'on a commencé à s'investir dans le foot, mais c'est vrai que ça a pris une autre ampleur depuis la création aux côtés de Vénus Gomis et de Jean-Noël Wolff de Management Sport Agency en 2006 et le partenariat avec Châteauroux. Très vite, on leur a permis de signer des joueurs tels que Bakary Sako, Lamine Koné, Jean-Sylvain Babin et Christopher Maboulou, qui ont tous évolué en L1 ou dans des divisions supérieures par la suite.
Aujourd'hui, quels joueurs représentez-vous ? [DIV…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant