Pascal Durand confirme qu'il quittera la tête d'EELV en novembre

le
0
Pascal Durand confirme qu'il quittera la tête d'EELV en novembre
Pascal Durand confirme qu'il quittera la tête d'EELV en novembre

Ce mercredi est décidément placé sous le signe du grand chambardement pour Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Après l'annonce choc de Noël Mamère qui a claqué la porte du parti, Pascal Durand confirme qu'il quittera en novembre la tête d'EELV, dans une interview au «Nouvel Observateur». Après son ultimatum a François Hollande, le secrétaire national d'EELV a été largement poussé vers la sortie. Le nom de sa remplaçante -Emmanuelle Cosse, vice-présidente du Conseil régional d'Ile-de-France et proche de Cécile Duflot- circule même depuis lundi.

Le principal intéressé confirme : «Je voulais continuer à pouvoir agir autour d'une large motion d'union. Or, la semaine dernière, une partie non négligeable du pôle majoritaire m'a désigné publiquement comme un facteur d'instabilité.» Ne voulant pas «être un diviseur de l'écologie», il «en tire les conséquences» en n'étant pas candidat à sa propre succession.

«Nombrilisme et cuisine interne»

Est-ce son récent ultimatum à François Hollande, à qui il a laissé «six jours» pour s'engager concrètement dans la transition énergétique faute de quoi il demanderait «au mouvement d'en tirer les conséquences», qui lui a coûté sa place? Selon le futur ex-patron d'EELV, ce n'est qu'un «prétexte». «Si j'avais trahi ou commis une faute, j'aurais pu comprendre la violence des critiques. Mais là j'ai porté la ligne du mouvement, je ne suis pas parti dans une dérive personnelle», se défend-il.

Comme Noël Mamère en annonçant son départ, Pascal Durand tacle «une certaine préférence pour le nombrilisme et la cuisine interne ? les batailles de congrès et les enjeux de pouvoir ? plutôt que pour le dialogue avec la société» tout en soulignant que cette dérive « ne concerne pas l'écrasante majorité des militants ou de nos élus de terrain». Et de pointer ceux, notamment le chef de file des sénateurs écolos Jean-Vincent Placé, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant