Pascal Cygan : "On était prêt à intervenir en cas de bagarre"

le
0
Pascal Cygan : "On était prêt à intervenir en cas de bagarre"
Pascal Cygan : "On était prêt à intervenir en cas de bagarre"

Joueur d'Arsenal entre 2002 et 2006, Pascal Cygan a eu l'occasion de disputer plusieurs rencontres face à Manchester United, à une époque où ces matchs avaient une saveur particulière. Interview flash-back.

Vous êtes resté à Arsenal de 2002 à 2006, à une époque où les rencontres Arsenal-Manchester United étaient très tendues. Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de ces confrontations ? De matchs très tendus, justement (rires). Je me rappelle que sur le terrain, les duels étaient très intenses, mais tout ça commençait souvent bien avant, dans la presse la semaine, et parfois dans le tunnel avant d'entrer sur la pelouse.
À cette époque, on avait presque l'impression que ce match était encore plus attendu que le derby face à Tottenham. Oui, parce que c'était la suprématie de la Premier League qui était en jeu. Concernant Arsenal, on vivait la plus belle période du club, on était en train de prendre le dessus sur Manchester qui était jusqu'alors indétrônable. C'est d'ailleurs peut-être ça qui a permis d'ouvrir la voie à des équipes comme Chelsea ou Manchester City ou même Liverpool, plus récemment, pour venir titiller Manchester United.
En tant que joueur, c'était le match que vous attendiez le plus également ? Oui, forcément, car, durant cette période, ces confrontations ont souvent décidé de qui allait remporter le titre en fin de saison. On savait qu'il s'agissait du match le plus important. D'ailleurs, notre longue période d'invincibilité, on l'a débutée contre Manchester avant de la terminer face à eux également. Ce qui est assez révélateur, puisque ça résume bien la rivalité sportive du moment.
Pour vous, cette rivalité reposait uniquement sur l'aspect sportif ? Elle reposait beaucoup sur ça, mais je pense qu'il y avait d'autres choses, c'est certain. Notamment le fait qu'Arsène Wenger commençait à se faire un vrai nom en Angleterre et que Sir Alex voulait peut-être garder son rôle de premier entraîneur du pays. Et puis il y avait également cette grosse rivalité entre Patrick Vieira et Roy Keane.
Justement, les embrouilles entre Vieira et Keane, c'est peut-être ce qui résume le plus la tension de ces matchs-là, non ? Évidemment. C'était un duel important puisqu'il se jouait entre les deux leaders, les deux capitaines, qui, de plus, occupaient le même poste sur le terrain. Ils se sont livrés un vrai duel d'hommes lors de toutes ces…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant