Pascal Berenguer : "Je veux rendre hommage à ma femme"

le
0
Pascal Berenguer : "Je veux rendre hommage à ma femme"
Pascal Berenguer : "Je veux rendre hommage à ma femme"

Clap de fin pour Pascal Berenguer, qui a annoncé la semaine dernière sa retraite. Mais entre diplômes à passer, jeunes Tourangeaux fougueux à gérer, et une famille à cajoler, le néo-retraité à la frappe de buffle a encore quelques journées bien remplies devant lui.

Salut Pascal. Tu as annoncé ta retraite sportive. Est-ce que c'est une décision que tu avais prise depuis longtemps ? Qu'est ce qui t'a conduit à ce choix, en plein milieu de la saison ? On va dire que c'est depuis l'année dernière, où j'ai vécu une saison difficile sportivement, où je n'ai pas été titulaire pendant presque un an. Quand Olivier Pantaloni est parti de l'équipe et que Alexandre Dujeux a repris l'équipe, je n'ai pas eu sa confiance pour être titulaire malgré les résultats négatifs. Quand on est compétiteur, quand on est un joueur qui, comme moi, a toujours gagné sa place dans les entraînements, par mon abnégation, au fil des séances, au fil des mois, c'est devenu difficile mentalement. Donc j'ai pris un peu plus de recul, en profitant de ce rôle de remplaçant, de ce rôle de vestiaire, pour analyser un peu les rencontres de façon plus technique. Donc je n'ai pas perdu mon temps, j'ai voulu tendre déjà vers le métier d'entraîneur.
Tu es réputé pour ton style de jeu très physique, avec un engagement maximal. Tu penses que ça a joué sur l'état d'usure de ton corps, sur la fatigue générale ? Oui, inconsciemment. Vous croyez que vous êtes encore bien, mais c'est vrai que j'ai misé toutes ces années sur mon physique, et c'était une force. Mais à 34 ans, il y a des jeunes qui arrivent au poste de milieu de terrain avec plus de bagage, en terme de vivacité, d'explosivité. Donc à un moment donné, il faut prendre conscience qu'on a plus nos jambes de 20 ans.
Ce poste de milieu de terrain, tu l'as vraiment vu évoluer au cours de ta carrière ? Oui, c'est vrai que le numéro 6 aujourd'hui c'est une pièce maîtresse du système, il doit avoir le bagage le plus étoffé de l'effectif. On doit même marquer des buts, être bon techniquement, tactiquement, physiquement, à l'image des Pogba, Matuidi. C'est ça le rôle du 6 dans le football moderne.
Tu avais prévu de rester dans le football après ta retraite sportive, ou tu as d'autres domaines dans lesquels tu te vois travailler ? Là, je suis amené à rester dans le football, en m'occupant des moins de 19 ans à Tours, et en passant mon diplôme. Mais je n'ai pas trop eu le temps de penser à l'avenir,…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant