Pas tous égaux devant le grignotage

le
0
Les femmes et les personnes au régime sont les plus à risque de se jeter sur la nourriture en cas d'émotion négative. » Quelles conséquences sur la santé ?

Le constat n'étonnera personne: le grignotage est un réflexe fréquent en cas de stress, d'anxiété, de tristesse... Plus de deux Français sur cinq éprouveraient ce besoin, selon une étude menée auprès de 35.000 personnes. Le travail de la chercheuse Sandrine Péneau, qui s'appuie sur les nombreux témoignages de l'enquête Nutrinet*, a permis d'affiner le profil des personnes les plus susceptibles de se tourner vers la nourriture en réaction à une émotion négative.

Les résultats publiés mercredi par l'American Journal of Clinical Nutrition révèlent qu'une femme sur deux est concernée, contre seulement un homme sur cinq. Manger sous le coup de l'émotion est aussi plus fréquent chez les personnes au régime: elles sont sept sur dix à avoir ce réflexe, un chiffre qui tombe à 6 sur dix pour les perso...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant