Pas sûr d'éviter la récession en 2013, dit Christian Noyer

le
1
CHRISTIAN NOYER ENCOURAGE À POURSUIVRE LES RÉFORMES MALGRÉ LE RISQUE DE RÉCESSION
CHRISTIAN NOYER ENCOURAGE À POURSUIVRE LES RÉFORMES MALGRÉ LE RISQUE DE RÉCESSION

PARIS (Reuters) - La France n'évitera peut-être pas une récession cette année même si l'économie semble s'améliorer, a déclaré vendredi Christian Noyer, en jugeant essentiel de poursuivre les réformes.

Le gouverneur de la Banque de France, dans un entretien diffusé vendredi soir sur LCI, a estimé que l'allongement de la durée de cotisation pour les retraites, la piste privilégiée par le gouvernement pour sa réforme de l'automne, devrait s'accompagner d'efforts des retraités.

"Si l'on veut que nos taux d'intérêt soient durablement bas, il faut (...) montrer qu'on prend les mesures nécessaires pour doper notre croissance (...) et en même temps montrer qu'on est capable de prendre des mesures de long terme pour consolider nos finances publiques", a dit Christian Noyer.

L'Insee a fait savoir jeudi qu'il prévoyait un recul du PIB de 0,1% en 2013. (voir ) Mais, selon le gouverneur de la Banque de France, avoir un chiffre de croissance négatif sur l'année n'est pas important si l'on voit l'activité redémarrer progressivement.

"Les choses semblent s'améliorer", a-t-il dit, en citant les derniers chiffres de la production industrielle et les enquêtes sur le climat des affaires.

"Je vois ce début de remontée et d'accélération très lente, c'est vrai, mais ça va dans la bonne direction", a-t-il ajouté.

Prié de dire si la France pourrait échapper à une récession cette année, il a répondu : "Ça n'est pas certain parce qu'on a commencé l'année avec un acquis négatif."

"Mais ça n'est pas important, ce qui est important c'est de voir le profil des trimestres, si les choses s'améliorent de trimestre en trimestre et si on finit l'année en croissance positive, ça c'est important", a-t-il ajouté.

Concernant les retraites, il a estimé qu'il aurait été possible de modifier non seulement la durée de cotisation pour une retraite à taux plein mais également l'âge légal de départ en retraite, ce qu'a refusé le président François Hollande.

Allonger la durée de cotisation "fait peser un poids important sur les plus jeunes générations", a dit Christian Noyer. "Pour qu'une réforme soit équitable entre les générations, il faut trouver le moyen de faire participer à l'effort les générations plus anciennes."

"Une des façons de faire, c'est de demander un effort supplémentaire aux retraités par exemple, qui pour l'instant n'ont pas été sollicités", a-t-il ajouté.

Christian Noyer a par ailleurs jugé très important de réformer le système de formation professionnelle, ce qu'a dit souhaiter le gouvernement, et il a salué le crédit d'impôt compétitivité (CICE) et la réforme du marché du travail permise par un accord des partenaires sociaux.

Jean-Baptiste Vey, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le vendredi 21 juin 2013 à 20:53

    Avec ce genre d' embrouillamini, les commentaires sont superflus!!!

Partenaires Taux