Pas facile de parvenir à 7% de croissance en 2015, dit Pékin

le
0
LE PREMIER MINISTRE CHINOIS ESTIME QU'IL NE SERA PAS FACILE DE PARVENIR À UNE CROISSANCE DE 7% EN 2015
LE PREMIER MINISTRE CHINOIS ESTIME QU'IL NE SERA PAS FACILE DE PARVENIR À UNE CROISSANCE DE 7% EN 2015

par Jason Subler

PEKIN (Reuters) - Il ne sera pas facile pour la Chine de parvenir à son objectif de croissance économique d'environ 7% cette année mais le gouvernement dispose de marges de man½uvre à même de soutenir l'activité dans le pays, a déclaré dimanche le Premier ministre chinois, Li Keqiang.

Le chef du gouvernement, qui s'exprimait devant la presse à l'issue de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire de Chine, a ajouté que l'exécutif assouplirait si nécessaire sa politique de manière ciblée pour empêcher un ralentissement trop prononcé de l'activité ou éviter une contraction trop forte de l'emploi.

"Ces dernières années, nous n'avons pas mis en oeuvre de politiques de relance fortes à court terme, nous pouvons donc dire que nous disposons de marges de manoeuvre relativement importantes, que les outils de notre boîte à outils sont relativement nombreux", a-t-il dit.

"Si le ralentissement de la croissance affecte l'emploi et les revenus et s'approche de la limite basse d'une fourchette raisonnable, nous stabiliserons nos politiques et les attentes à long terme des marchés à l'égard de la Chine", a poursuivi Li Keqiang.

Si l'objectif de croissance, ramené à 7% pour 2015 par les autorités chinoises, est tenu, l'économie chinoise connaîtra la plus faible expansion de ces 25 dernières années.

Ce ralentissement tient à plusieurs facteurs, dont les difficultés du marché intérieur de l'immobilier, le poids de l'endettement et la consommation extérieure et intérieure à l'arrêt. Exportations, investissement, productions manufacturières et ventes au détail: tous les indicateurs sont en recul.

Li Keqiang a par ailleurs réaffirmé sa politique de lutte contre la pollution de l'air, des terres et de l'eau. Les entreprises qui enfreindront la loi et les directives en vigueur feront l'objet d'enquêtes "quelle que soit leur secteur d'activité", a-t-il dit. "La loi sur l'environnement n'est pas un coton-tige, mais la carte maîtresse la plus forte", a-t-il insisté.

(Bertrand Boucey et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant