Pas de stress tests pour les banques européennes en 2015-ABE

le
0

MILAN, 3 mars (Reuters) - L'Autorité bancaire européenne (ABE) ne conduira pas de tests de résistance sur les banques européennes cette année, a-t-elle dit mardi prenant acte des progrès qu'elles ont réalisés dans l'assainissement de leurs finances. "Plutôt que des stress tests, l'ABE conduira en 2015 un exercice de transparence comme celui mené en 2013", précise l'autorité dans un communiqué diffusé en anglais sur son site internet. Cet exercice de transparence permettra d'obtenir des données détaillées sur les bilans et les portefeuilles des banques de l'Union européenne. Dans son communiqué, l'ABE note que les progrès accomplis par les banques pour renforcer leurs bilans après les tests de résistance et la revue de qualité de leurs actifs en 2014 ont contribué à sa décision. Les principales banques européennes ont subi l'année dernière un double examen, sous la forme d'une revue de la qualité de leurs actifs et de tests sur leur résistance à des chocs, destiné à vérifier qu'elles valorisaient correctement leurs actifs et qu'elles ne cherchaient pas à minimiser leurs provisions sur des portefeuille de prêts mis à mal par la persistance de la crise économique de la zone euro. Dans un entretien publié mardi par le quotidien italien La Repubblica, le président de l'ABE Andrea Enria se déclare satisfait des précédents tests de résistance. Il ajoute qu'il souhaiterait pouvoir prendre en compte les conséquences des comportements inappropriés des banquiers dans les prochains. "Vendre de mauvais produits aux clients, enfreindre les règles concernant le blanchiment, favoriser l'évasion fiscale, manipuler les taux d'intérêt et les risques de sanctions liées à ce type de comportement", a-t-il énuméré. L'ABE va publier un document de travail afin d'améliorer la fiabilité des données sur les risques pondérés dans les modèles internes des banques avant les tests de 2016, a-t-il ajouté. Les grandes banques utilisent leurs propres modèles internes pour déterminer le niveau de risque associé à chacun des actifs recensés dans leur bilan, ce qui permet de calculer ensuite le niveau de fonds propres qu'elles doivent constituer pour se prémunir contre les risques de dégradation de leur qualité. L'ABE a dit lundi que le premier exercice d'évaluation comparative à l'échelle de l'Union européenne dans le cadre de ses nouvelles règles de transparence sera conduit sur la base des données des banques au titre du quatrième trimestre de cette année. (Stephen Jewkes, Véronique Tison et Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant