Pas de révolte des " petits " au programme

le
0
Pas de révolte des " petits " au programme
Pas de révolte des " petits " au programme
L'écurie Lotus, par la voix de son propriétaire Gérard Lopez, a démenti tout vélléité de boycott du Grand Prix des Etats-Unis, qui se courre ce dimanche au Circuit des Amériques, pas son écurie, Sauber et Force India.

Les neuf écuries encore engagées en Formule 1 seront bien au départ du Grand Prix des Etats-Unis ce dimanche au Circuit des Amériques d'Austin. Hier, suite à la séance de qualification, une rumeur de boycott de la course par les écuries Lotus, Sauber et Force India, qui sont les plus menacées financièrement depuis le retrait de Caterham et Marussia a traversé le paddock. Dans le quotidien britannique The Times, un dirigeant d'une des « petites » écuries, qui avait souhaité garder l'anonymat avait déclaré : « C'était du 50-50. Que peut-on faire ? Les petites équipes se plaignent depuis plusieurs mois mais elles ne sont pas écoutées. »

Mais il n'en sera finalement rien, à en croire Gérard Lopez, le propriétaire de l'écurie anglaise. « J'ai pris connaissance de cette rumeur, la réponse est non. Je suis surpris de voir cela. Je n'ai eu ici qu'une réunion avec les autres équipes concernant la distribution des primes, c'est tout. Je ne sais pas d'où vient cette histoire. » En écho à cela, Bob Fernley, dirigeant de l'écurie Force India, a affirmé que des discussions sont en cours en interne pour évincer une ou plusieurs écuries. « Il y a deux équipes qui ont disparu et je pense que le détenteur des droits commerciaux à en tête d'avoir 14 voitures en piste seulement l'année prochaine. Alors combien veut-il en supprimer ? Lui (Bernie Ecclestone) pense qu'il pourrait y avoir 14 voitures. Alors la question que nous devons nous poser est qu'est ce qu'il va se passer maintenant et qui va être mis à la porte. »

« Oubliez toutes ces conneries »

De son côté, Bernie Ecclestone, quand bien même il prend en partie la responsabilité de la situation économique incertaine de plusieurs écuries, n'imagine même pas qu'un tel boycott soit possible, à l'image d'Indianapolis 2005. « Oubliez toutes ces conneries, a lâché Mister E dans le paddock d'Austin. Je vous le promets, ils vont tous courir. En revanche, je ne sais pas s'ils seront toujours là l'année prochaine. Il y a bien un problème mais je ne sais pas comment y remédier. » Mais une solution du problème pourrait bien être dans les mains du grand argentier de la F1, qui pourrait accepter une répartition plus égalitaire des revenus générés par la discipline. Mais il n'est pas évident que cela soit fait d'ici peu...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant