Pas de reprise du marché automobile européen en 2013

le
0
LES CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES PESSISMISTES POUR LE MARCHÉ EUROPÉEN
LES CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES PESSISMISTES POUR LE MARCHÉ EUROPÉEN

PARIS (Reuters) - Les constructeurs automobiles réunis au Mondial de l'automobile de Paris ont fait assaut de pessimisme jeudi au sujet des perspectives du marché européen, des déclarations qui pèsent sur les actions des plus grands noms du secteur.

Illustrant l'ampleur de la dépression de la conjoncture en Europe, même les marques les plus résistantes, comme par exemple Volkswagen, commencent également à pâtir des conséquences de la crise de la dette, qui éloigne les consommateurs des concessionnaires.

Volkswagen, numéro un du secteur en Europe, ne s'attend pas à un rebond significatif du marché de l'automobile européen d'ici un an ou deux, a ainsi déclaré le directeur commercial du constructeur allemand, Christian Kingler.

"Nous nous préparons à de nouvelles mauvaises surprises en 2013 et peut-être aussi en 2014", a-t-il dit.

Vers 11h05, le titre Volkswagen cédait 1,74%, expliquant en partie le recul de 0,58% de l'indice regroupant les valeurs automobiles européennes, qui accuse l'un des plus fortes baisses de la cote.

Le président du directoire de Daimler Dieter Zetsche a de son côté remis en cause l'objectif de résultat de sa filiale Mercedes fixé pour 2013, en raison d'un détérioration de la conjoncture, en particulier en Europe.

Mathiass Müller, président du directoire de Porsche, a en revanche déclaré que les ventes de voitures au troisième trimestre étaient le reflet de la "tendance positive" du premier semestre, suggérant une nouvelle fois que seules les marques situées aux extrémités du spectre des gammes - les "low cost" et le luxe - tiraient leur épingle du jeu.

Audi, autre marque haut de gamme du groupe Volkswagen, a dit jeudi s'attendre à une croissance des ventes en septembre "similaire" à ce qui a été observé au cours des mois précédents .

LE CCFA ABAISSE SES PRÉVISIONS DE MARCHE, SELON UNE SOURCE

De son côté, PSA Peugeot Citroën, durement touché par la crise, n'attend pas de reprise du marché européen en 2013.

"L'élément nouveau, c'est que le marché allemand commence aussi à faiblir (...) Les marchés du Nord de l'Europe, de manière plus générale, qui s'étaient bien tenus jusqu'ici, commencent aussi à faiblir", a déclaré Philippe Varin, président du directoire du constructeur automobile, lors des journées presse du Mondial de l'automobile.

"Je ne pense pas qu'on puisse espérer une reprise l'année prochaine, ça c'est clair", a-t-il ajouté. "Pour l'année prochaine, je n'ai pas de boule de cristal, je ne vois pas le marché croître, ça peut être autour de zéro, ça peut être légèrement négatif."

Carlos Ghosn, le PDG de Renault, a une nouvelle fois estimé sur BFM TV qu'une baisse des capacités de productions des constructeurs en Europe était "inéluctables". "un constructeur ne peut pas continuer à maintenir un outil de production pour lequel il n'y a pas de demande", a-t-il observé, précisant toutefois que rien n'était prévu à ce stade chez Renault en la matière.

Le sud-coréen Hyundai a annoncé mercredi le report d'au moins un an de ses objectifs en termes de ventes et parts de marché en raison de perspectives moroses.

Toyota est tout aussi prudent, le directeur général pour l'Europe du groupe japonais, Didier Leroy, ayant indiqué qu'il ne voyait pas de "reprise forte au cours des deux à trois prochaines années".

S'exprimant dans la presse de ce jeudi, les PDG des deux constructeurs automobiles français ont tiré la sonnette d'alarme face à la dégradation du marché européen et français et appelé les pouvoirs publics à lancer de toute urgence le chantier du coût du travail dans l'Hexagone.

Selon une source industrielle, Le Comité français des constructeurs d'automobiles (CCFA) va revoir lui-même en baisse sa prévision pour le marché français en 2012 en raison de la lourde dégradation des ventes observée depuis l'été.

Le comité, qui attendait jusqu'ici un marché en baisse de 8 à 10% sur l'année, va désormais tabler sur un recul supérieur à 10%, a précisé la source.

Avec la contribution de Benoît Van Overstraeten, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant