Pas de réforme du contrat de travail, dit Valls aux syndicats

le , mis à jour à 20:20
2

(Actualisé avec citations de Matignon) PARIS, 1er juin (Reuters) - Il n'y aura pas de réforme du contrat de travail pour faciliter l'embauche dans les petites entreprises, a annoncé lundi Manuel Valls aux partenaires sociaux, lors de consultations organisées à Matignon sur les moyens de débloquer l'emploi en France. "Le Premier ministre a assez clairement indiqué (...) que le gouvernement n'était pas convaincu par les propositions (du patronat) sur la modification du contrat de travail", a-t-on dit dans l'entourage du Premier ministre. "C'est une satisfaction", a réagi le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, alors que le gouvernement s'attelle à la préparation d'un ensemble de mesures en faveur de l'emploi dans les PME, qui seront présentées le 9 juin à l'Elysée. Les organisations patronales demandent à l'exécutif d'y intégrer les moyens d'agir contre "la peur d'embaucher" qui affecte, selon elles, les entrepreneurs. Les chefs d'entreprise rechignent à embaucher en raison des conséquences financières qu'ils subissent lorsqu'ils sont contraints de se séparer d'une partie de leur main d'oeuvre, estiment les milieux patronaux. A défaut d'agir via le contrat de travail, le gouvernement pourrait tenter de rassurer les entrepreneurs en plafonnant les indemnisations que les salariés peuvent obtenir aux prud'hommes en cas de licenciement économique. Il a déjà introduit dans la loi "Macron" sur la croissance et l'activité une disposition pour mettre en oeuvre un barème indicatif mais il est désormais prêt à aller plus loin. "Ce que nous sentons, c'est que sur la sécurisation de la rupture d'un contrat de travail, le gouvernement serait prêt à aller vers une barémisation avec un plafonnement obligatoire", a déclaré à la presse le président de la CGPME François Asselin. C'est une réforme qui pourrait être annoncé "dès la semaine prochaine", dit-on à Matignon, où l'on estime que cette piste est l'une des plus abouties. Ces consultations entre le gouvernement et les partenaires sociaux sur l'embauche dans les PME interviennent alors que les chiffres du chômage d'avril, publiés lundi par le ministère du Travail, font état d'un nouveau record. Le ministre de l'Emploi, François Rebsamen, a annoncé un programme supplémentaire de 100.000 contrats aidés sur 2015 pour tenter d'enrayer la hausse continue du nombre de chômeurs. (Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le lundi 1 juin 2015 à 22:37

    Où est notre jeune dynamique réformateur VALLS ? pour plaire aux syndicats :pas de réforme du code du travail ! pour plaire au PRG : pas de réforme territoriale ! encore un fanfaron qui ne fait rien sinon créer du chomage !

  • M5062559 le lundi 1 juin 2015 à 19:55

    Tant mieux. En effet il vaut mieux pas de réforme du tout qu'une mauvaise réforme.