Pas de recours aux stocks stratégiques de pétrole pour Hollande

le
1
Pas de recours aux stocks stratégiques de pétrole pour Hollande
Pas de recours aux stocks stratégiques de pétrole pour Hollande

PARIS (Reuters) - En cas de victoire de François Hollande à la présidentielle, la France se retirera des négociations sur le recours aux stocks stratégiques de pétrole pour faire baisser les prix, ont dit jeudi des conseillers du candidat socialiste.

La flambée du prix du pétrole est devenue un thème de la campagne présidentielle. La France a rejoint le mois dernier les négociations entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni qui portent sur un éventuel recours simultané aux stocks stratégiques.

Contrairement à l'actuel gouvernement, qui souhaite prendre part à ce processus pour faire baisser le prix de l'essence, les socialistes estiment que les stocks stratégiques doivent servir à répondre à des situations de pénurie et non à jouer sur les prix.

"Les stocks stratégiques sont là en cas de crise majeure d'approvisionnement", a dit à Reuters François Brottes, député de l'Isère et conseiller énergie de François Hollande.

François Hollande propose de bloquer pendant trois mois les prix de l'essence dès son élection et de réinstaurer une forme de TIPP "flottante" sur les prix de l'essence, un dispositif qui permet de limiter les hausses de prix à la pompe en modulant les prélèvements fiscaux.

Les prix du pétrole ont chuté de 5% depuis la mi-mars, après avoir flambé de 15% depuis le début de l'année, entraînant des prix record à la pompe en France.

Puiser dans les stocks stratégiques n'aurait qu'un impact provisoire sur les prix, estiment des experts et associations de consommateurs. Sitôt les stocks mis sur le marché, ils devront être reconstitués pour anticiper toute pénurie.

"Si on déstocke, les prix vont certainement baisser mais ils vont remonter aussi rapidement", estime ainsi Nicolas Mouchnino, chargé des questions énergétiques à l'UFC-Que choisir. "La hausse des prix n'est pas conjoncturelle, il y a une demande très forte et l'offre ne suit pas, on a donc un problème structurel", ajoute-t-il.

Une sortie des stocks stratégiques - qui permettraient actuellement à la France de tenir une centaine de jours sans importer de pétrole - placerait la France dans une situation vulnérable en cas de pénurie. "C'est aussi dangereux car nous serions démunis en cas de crise majeure", a ajouté le conseiller de François Hollande.

Muriel Boselli et Marion Douet, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le jeudi 19 avr 2012 à 19:37

    encore tout faux pour le guignolo !