Pas de plan social pour Peugeot Scooters sur son site français du Doubs

le
0

Malgré un faible niveau d'activité qui fragilise le site français de Mandeure dans le Doubs, Peugeot Scooters, le constructeur de deux-roues détenu majoritairement par le groupe indien Mahindra, s'est engagé à ne pas déclencher de plan social dans l'Hexagone.

Des scooters dans l'usine Peugeot de Mandeure dans l'est de la France, le 28 novembre 2013. ( AFP / SEBASTIEN BOZON )
Des scooters dans l'usine Peugeot de Mandeure dans l'est de la France, le 28 novembre 2013. ( AFP / SEBASTIEN BOZON )

"Il n'y aura aucun plan social" à Mandeure, siège et site de fabrication français, a assuré la direction de Peugeot Scooters dans un communiqué publié à l'issue d’une réunion extraordinaire du comité d’entreprise lundi 21 novembre.

A plusieurs reprises ces derniers mois, les syndicats du constructeur avaient manifesté leur inquiétude quant à l’avenir de l’usine française, en raison de son faible volume de production. Selon leurs estimations, l'usine de Mandeure devrait fabriquer un peu moins de 10.000 véhicules cette année, son niveau le plus bas. Ce faible niveau de production est la conséquence de près de 60 jours de chômage technique.

Le site de Mandeure employait fin septembre 471 salariés, dont 57 personnes bénéficiaires d’un congé-seniors qui quitteront l’entreprise dans les prochains mois. Ses effectifs devraient donc se maintenir ensuite à environ 415 salariés. Le non-remplacement de départs naturels n’est toutefois pas exclu et des solutions de reconversion interne devront être trouvées pour "une vingtaine" de salariés occupant des "métiers sensibles" à la pérennité menacée, ont tempéré Cyril Luquet, responsable de la section CFDT, et Thierry Sartore, délégué CFTC.

UNE PRODUCTION EN HAUSSE EN 2017

La production remontera à 11.500 unités en 2017, sans chômage technique au solde, du fait de l’"équilibre prévu sur l’année, entre jours supplémentaires et jours non travaillés", a précisé la direction dans son communiqué.

Le site de Mandeure devrait notamment bénéficier du "rapatriement" d’une partie de la production de deux modèles de scooters, de cylindrée 125 et 80 centimètres cubes, ce qui représentera un supplément d’activité de 500 véhicules l’an prochain, puis de 2.000 unités en 2018, a ajouté la direction, précisant que ce transfert faisait l’objet d’une "étude en cours". Ces modèles sont actuellement fabriqués en Asie, a précisé la CFDT.

En outre, Peugeot Scooters prévoit la fabrication d’un nouveau modèle à Mandeure fin 2018.

Ce calendrier "laisse un trou 'd’activité' pour 2017 qui nous fait encore peur ", malgré la "bonne nouvelle" de la fin du chômage technique, a relevé M. Sartore. Le constructeur avait perdu 300 emplois en France entre 2012 et 2014, notamment par la fermeture de son usine de moteurs de Dannemarie dans le Haut-Rhin. Début 2015, l’indien Mahindra a racheté 51 % des parts au groupe PSA.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant