Pas de nouveau retard sur l'A400M, mais le moteur à surveiller

le
1
Pas de nouveau retard sur l'A400M, mais le moteur à surveiller
Pas de nouveau retard sur l'A400M, mais le moteur à surveiller

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - L'avion de transport militaire A400M d'Airbus, dont la France doit être le premier client début 2013, ne devrait pas connaître de retard supplémentaire malgré des problèmes non résolus liés au moteur, a estimé jeudi le Sénat dans un rapport.

Airbus a confirmé jeudi une information de Reuters selon laquelle l'A400M, qui sera prochainement rebaptisé Atlas, serait privé de démonstration en vol lors du salon aéronautique de Farnborough la semaine prochaine en raison de ces problèmes sur le moteur. Développé par la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, le Luxembourg, l'Espagne et la Turquie pour un coût de plus de 20 milliards d'euros, le programme A400M a subi un retard de quatre ans et un dépassement de coûts de plusieurs milliards d'euros.

"Le groupe propulsif n'a pas encore atteint la maturité technique qu'on souhaiterait avoir à quelques mois du lancement - ce point doit être sous étroite surveillance, mais nous ne sommes pas inquiets", a déclaré Jean-Louis Carrère, président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat.

Il a cité les nouveaux problèmes liés à la boîte de transmission du moteur, qui nécessitent une modification des pièces par l'italien Avio, après ceux qui avaient déjà cloué au sol l'A400M au salon du Bourget en juin 2011 et qui ont été résolus depuis.

Un dysfonctionnement sur les mesures de température au sein de la nacelle (enveloppe) du moteur est également en cours de règlement par Airbus, a-t-il ajouté.

La certification civile de l'A400M a été reportée d'au moins un mois, à fin août ou début septembre en raison des nouveaux problèmes liés au moteur, a déclaré à la presse Cédric Gautier, responsable du programme chez Airbus.

La certification militaire, deuxième étape nécessaire avant la première livraison, aura lieu au quatrième trimestre, a-t-il ajouté.

Jean-Louis Carrère a également attiré l'attention sur la préparation faite "à l'économie", avec un nombre limité de pièces de rechanges commandés.

"Il ne faudrait pas qu'en dernière minute, des restrictions budgétaires sur des pièces de rechange remettent en cause tout le programme", a-t-il souligné.

La satisfaction de pouvoir compter sur la livraison de l'appareil début 2013, avant le délai contractuel fixé le 31 mars, contraste avec les inquiétudes liées à l'organisation de la maintenance entre les sept pays à l'origine du programme, a expliqué le rapporteur.

"On ne peut accepter qu'aucun stock commun de pièces de rechange soit en cours de reconstitution", a dit Jean-Louis Carrère. "Il faut faire de nouveaux efforts."

L'A400M, doté des plus puissants turbopropulseurs occidentaux, est destiné à mener des missions multiples dans des zones reculées et accidentées. Il a une taille intermédiaire entre le C-130 de Lockheed et le C-17 de Boeing.

L'action d'EADS, maison-mère d'Airbus, cède 1,52% à 28,55 euros vers 15h45.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.stmarc le jeudi 5 juil 2012 à 18:03

    encore notre argent qui part en betises pour ces militaires a la noix !