Pas de nouveau gallodrome pour les combats de coqs

le
0
Pas de nouveau gallodrome pour les combats de coqs
Pas de nouveau gallodrome pour les combats de coqs

Même si c'est interdit dans de nombreux pays,les combats de coqs sont encore autorisés au nom de la tradition dans le Nord-Pas-Calais mais aussi dans plusieurs territoires d'Outre mer comme en Guyane, aux antilles.

Dans une décision rendue publique ce vendredi, le Conseil constitutionnel vient d'interdire la création de nouveaux gallodrome, c'est à dire l'arène où sont organisés les combats.

Le Conseil avait été saisi d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) déposée par deux Réunionnais, poursuivis en justice pour avoir ouvert mi-2012 un nouveau lieu de combats de coqs dans leur quartier à Sainte-Marie. Lors de l'audience, le 21 juillet, l'avocate des deux Réunionnais avait estimé que cette interdiction de construire de nouveaux gallodrome instaurait «une différence de traitement significative, une rupture d'égalité devant la loi» avec la corrida.

Mais pour les sages, «il ressort des travaux préparatoires de la loi du 8 juillet 1964 sur les combats de coqs que le législateur a entendu encadrer plus strictement cette pratique afin d'accompagner et de favoriser son extinction». Ce qui n'est pas le cas pour la corrida. Contestée par les anti-corrida, cette exception «culturelle» de la pratique de la tauromachie a été validée en septembre 2012 par les juges constitutionnels.

En France, la pratique des combats de coqs reste marginale même si dans le Nord, on recense plus d'un millier de coqueleurs (éleveurs de coqs) et une cinquantaine de gallodromes. Régulièrement les associations de défense animale dénoncent ce type de pratique où les contrevenants s'expose à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

En effet, ces combats de coqs qui donnent lieu à des paris, les coqs équipés avec des pointes sur les pattes se termient en général par la mort ou des blessures très graves. 

VIDEO. A Gondecourt, les anti et les pro combat de coqs ont failli en venir aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant