Pas de négociations sur la nouvelle constitution en Turquie-PM

le
0
 (Actualisé avec précisions, contexte) 
    ISTANBUL, 6 mars (Reuters) - Il n'y aura pas de négociations 
sur la nouvelle constitution de la Turquie et le Parti de la 
justice et du développement (AKP) au pouvoir va tenter de réunir 
au parlement les 330 voix nécessaires pour organiser un 
référendum sur son approbation, a dit le Premier ministre Ahmet 
Davutoglu, dimanche. 
    Dans une interview à la chaîne A Haber, le chef du 
gouvernement a précisé que l'AKP disposera des voix de 
l'ensemble de ses 317 députés et qu'il va chercher le soutien de 
membres de l'opposition pour atteindre la majorité qualifiée 
nécessaire à la tenue d'un référendum. 
    La commission chargée de rédiger le projet de nouvelle loi 
fondamentale a suspendu ses travaux le mois dernier après le 
retrait du principal parti de l'opposition qui reprochait à 
l'AKP de vouloir transformer l'actuel système parlementaire en 
régime présidentiel. 
    Des dirigeants de l'AKP ont précisé la semaine passée que le 
parti travaillait à ses propres propositions en dépit des 
résistances de l'opposition. Selon le projet, le président Recep 
Tayyip Erdogan aurait un pouvoir réglementaire accru et 
choisirait les ministres. 
    L'idée d'une révision constitutionnelle est largement 
soutenue en Turquie depuis les coups d'Etat militaires qu'a 
connus le pays mais des divergences existent sur le contenu de 
cette nouvelle charte. 
    Les partis d'opposition demandent qu'elle se concentre sur 
la protection des droits des minorités et le respect des 
libertés démocratiques, redoutant qu'un régime présidentiel 
concentre trop de pouvoirs entre les mains d'un seul homme. 
     
 
 (Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant