Pas de motivation "terroriste" pour le meurtre de Perpignan

le
1

TOULOUSE, 27 août (Reuters) - Le meurtrier présumé de la jeune Erika, 17 ans, dont le corps a été retrouvé mardi dans un parc de Perpignan, devait être mis en examen jeudi pour assassinat, a annoncé le procureur de la République de la ville, qui a écarté un mobile "terroriste". L'auteur présumé des faits, un jeune homme de 18 ans, s'était constitué prisonnier quelques heures après la découverte du corps de sa petite amie, tuée par "de très nombreuses blessures causées par une arme blanche localisées dans le dos, au thorax et à la gorge", a dit Achille Kiriakidès. Après s'être rendu à la police, il a dit ne pas avoir "supporté la rupture" avec son amie, a ajouté le procureur. Il avait donné rendez-vous à la victime mardi après-midi pour avoir une discussion avec elle, a précisé Achille Kiriakidès pour qui "on est clairement en présence d'un crime communément qualifié de passionnel". "En l'état, aucun autre mobile ne peut expliquer son geste. On peut exclure, contrairement à certaines interprétations véhiculées, toute motivation de nature crapuleuse, perverse ou terroriste et aucune complicité n'a été mise en évidence". Jeudi après-midi, quelque 300 personnes se sont rassemblées dans le centre-ville de Perpignan en mémoire de la jeune Erika. (Johanna Decorse, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bsdm le jeudi 27 aout 2015 à 20:43

    Contrairement à ce qu'a dit le procureur ,kader avait été signalé par son établissement scolaiire pour mauvais comportement à l'occasion des evenements de charlie hebdo et pour dérives sectaires