Pas de miracle à attendre de la loi Travail, estime Rebsamen

le
5
REBSAMEN N'ATTEND PAS DE MIRACLE DE LA LOI EL KHOMRI
REBSAMEN N'ATTEND PAS DE MIRACLE DE LA LOI EL KHOMRI

PARIS (Reuters) - L'ancien ministre du Travail François Rebsamen estime qu'il ne faut pas attendre de miracle du projet de réforme du Code du travail présenté par Myriam El Khomri, qui lui a succédé, et que les chiffres des demandeurs d'emploi diffusés chaque mois par Pôle emploi ne constituent pas une mesure fiable du chômage.

La première mouture du projet de loi El Khomri offrait "trop de souplesse pour les entreprises et pas assez de garanties pour les salariés", dit-il dans une interview diffusée lundi sur le site internet des Echos.

"Si j'avais encore été rue de Grenelle, je n'aurais pas accepté de porter ce projet de loi en l'état", ajoute-t-il.

Selon François Rebsamen , les corrections apportées ont permis de rééquilibrer le texte (...) mais il ne faut pas en attendre de miracle."

"Ce qui est sûr, c'est que le temps que la loi rentre en application, elle n'aura pas d'impact significatif avant la fin du quinquennat même si elle apporte une nouvelle pierre à l'édifice, notamment en renforçant les droits des salariés", dit-il encore.

"C’est bien, mais c'est plus une loi travail qu'une loi emploi.

Interrogé sur l'incapacité du gouvernement à faire reculer le chômage, l'ancien ministre met en cause "Pôle emploi (qui) n'est pas un outil statistique fiable".

"Les chiffres erratiques transmis chaque mois le démontrent, avec des transferts entre catégories que Pôle emploi n'arrive pas à expliquer, des radiations qui évoluent au gré des relances par SMS, du nombre de rendez-vous des conseillers, etc", explique François Rebsamen.

"Tout cela alimente la suspicion et les accusations, pourtant infondées, de manipulation", indique l'ancien ministre, pour qui les chiffres du Bureau international du travail (BIT) et de l’Insee reflètent davantage la réalité économique et celle du chômage dans le pays.

"Il y a quatre ans, le nombre de chômeurs au sens du BIT était peu ou prou le même que celui des inscrits à Pôle emploi en catégorie A. Aujourd’hui, Pôle emploi en compte 700.000 de plus que le BIT ! Cherchez l’erreur", souligne-t-il encore.

"Il faudrait à l’avenir s’appuyer sur les chiffres du BIT et de l'Insee, d’une part parce qu’ils sont trimestriels, ce qui est la bonne périodicité, et d'autre part parce qu’ils sont la seule référence permettant de se comparer aux autres pays européens".

La France comptait fin décembre 2,86 millions de chômeurs selon les critères du BIT et 3,58 millions demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucune activité) inscrits à Pôle emploi.

Par comparaison, le nombre de chômeurs au sens du BIT était de 2,79 millions fin 2012 et celui des demandeurs d'emplois de 3,13 millions.

(Yann Le Guernigou, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9821264 il y a 12 mois

    quand on quitte une entreprise ; la régle vous impose de ne pas cracher sur celle ci ni sur ses dirigeants , en politique on en est loin et c'est peut être mème la règle .

  • jfvl il y a 12 mois

    Déjà très amoindrie par les syndicats, une fois qu'elle sera totalement dénaturée par les parlementaires de gauche, il est certain que l'impact de cette loi sera de l'ordre d'une pichenette !

  • dhote il y a 12 mois

    Rebsanem était pourtant un ministre du travail brillant....

  • M3366730 il y a 12 mois

    C'est vrai qui lui en son temps n'avait pas fait de miracle, il ferait mieux de la fermer !

  • bordo il y a 12 mois

    Cela doit faire plaisir à Mme El Khomri, de se sentir soutenue par son prédécesseur.