Pas de filières djihadistes parmi les migrants, dit le Danemark

le
0

COPENHAGUE, 22 septembre (Reuters) - Les groupes djihadistes ne semblent pas exploiter l'afflux de réfugiés en Europe pour faire entrer clandestinement des activistes en mesure de perpétrer des attentats, a déclaré mardi le chef des services de renseignement danois (PET). "En se fondant sur les informations dont nous disposons, nous pensons que les organisations armées islamistes n'utilisent pas les réseaux de passeurs ou les voies empruntées par les réfugiés pour envoyer des terroristes en Occident", a dit Finn Borch Andersen devant la presse. Les voies empruntées par les migrants sont sujettes à de trop nombreuses incertitudes et présentent le risque pour d'éventuels terroristes d'être découverts lors d'un contrôle de police ou démasqués par les autres réfugiés, dont nombre ont fui les violences djihadistes, a dit Finn Borch Andersen. Certains groupes radicaux ont annoncé avoir l'intention d'exploiter ces migrations de masse mais, selon Andersen, ces affirmations sont des "tromperies délibérées". Le chef du renseignement danois n'exclut pourtant pas que certains réfugiés nourrissant des sympathies pour certaines thèses islamistes puissent se trouver parmi les arrivants. Les services de sécurité allemands, qui ont eu à traiter l'arrivée d'un grand nombre de réfugiés, font un constat similaire et disent n'avoir relevé aucune preuve de la présence de djihadistes. Plusieurs formations politiques d'extrême droite ou opposées à l'immigration en Europe ont exprimé leurs inquiétudes face à de possibles "infiltrations" de djihadistes parmi les demandeurs d'asile. Le pape François a lui aussi évoqué ce risque. ID:nL5N11K241 Le PET estime que la menace terroriste demeure "sérieuse" au Danemark mais que cela est le cas depuis plusieurs années déjà. (Teis Jensen; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant