Pas de dérapage lors de l'assemblée de Renault

le
0
Confronté à ses actionnaires après la vraie-fausse affaire d'espionnage qui a touché le constructeur automobile, Carlos Ghosn, PDG du groupe, a su trouver les mots pour éviter qu'ils manifestent un fort mécontentement.

La bronca annoncée contre Carlos Ghosn n'a pas eu lieu vendredi lors de l'assemblée générale de Renault. Il aura fallu attendre plus d'une heure et demie de présentation dans le plus grand calme des résultats du groupe et de son plan stratégique, suivie d'un véritable show sur ses futurs modèles, pour qu'après quelques questions inoffensives un actionnaire malmène le PDG en lui posant cette question: «Pourquoi n'avez-vous pas démissionné» après le fiasco de la vraie-fausse affaire d'espionnage?

Une partie de la salle a applaudi cette audace. Carlos Ghosn n'a pas répondu lui-même, mais a laissé ce soin à Marc Ladreit de Lacharrière, administrateur du groupe et président du comité gouvernance. Lapidaire, celui-ci a souligné qu'après avoir examiné le rapport du comité d'audit analysant les dysfonctionnements de cette affaire, «à l'unanimité, le comité de gouvernance a fait savoir qu'il n'y avait aucune raison de proposer la démission de son président».

In

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant