Pas de déclaration commune à l'Asean, Washington et Pékin s'accusent

le
0

(Actualisé avec fin du forum, réactions) par Yeganeh Torbati et Trinna Leong KUALA LUMPUR, 4 novembre (Reuters) - Aucune déclaration commune n'a été signée en clôture du forum de défense de l'Asean, l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est, organisé à Kuala Lumpur, du fait d'une opposition entre la Chine et les Etats-Unis. Washington et ses alliés dans la région souhaitaient que ce texte fasse mention des litiges territoriaux en mer de Chine méridionale; Pékin et les siens s'y sont opposés. "La décision a été prise par l'Asean en l'absence de consensus, donc aucune déclaration n'a été signée", a déclaré le ministre malaisien de la Défense, Hishammudin Hussein, pendant une conférence de presse à l'issue de la réunion. Le forum réunissait les ministres de la Défense des dix pays de l'Asean plus les ministres de différents pays extérieurs à l'organisation, dont les Etats-Unis, la Chine et le Japon. Washington et Pékin se sont mutuellement rejeté la responsabilité de ce désaccord. Les activités chinoises en mer de Chine méridionale "étaient clairement un sujet de discussion et d'inquiétude pour les pays représentés pendant la réunion, car tout le monde l'a soulevée", a déclaré à la presse le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter. Un haut responsable de la Défense américaine présent à Kuala Lumpur a regretté le refus de la Chine d'aborder cette question et jugé préférable de ne pas signer de document plutôt qu'un texte incomplet. "C'est une décision de l'Asean, mais de notre point de vue, l'absence de déclaration vaut mieux qu'un document qui aurait omis la question importante des revendications et de la militarisation par la Chine de la mer de Chine méridionale", a-t-il dit. VOLTE-FACE DE PÉKIN? A Pékin, le ministère chinois de la Défense a attribué à "certains pays" extérieurs à la région la responsabilité de cette annulation. Regrettant ce développement, il a reproché à ces pays d'avoir tenté d'intégrer en force dans cette déclaration commune des contenus sans rapport avec l'objet de la conférence de Kuala Lumpur. "La liberté de navigation ne doit pas servir de prétexte pour des provocations", a ajouté le ministère chinois dans un communiqué. Les tensions en mer de Chine méridionale sont montées d'un cran la semaine dernière lorsqu'un bâtiment lance-missiles de la marine américaine a croisé dans un secteur revendiqué par la Chine comme relevant de ses eaux territoriales. Les Etats-Unis entendent garantir la liberté de commerce dans cette mer que bordent notamment la Chine et Taiwan (au nord), le Vietnam (à l'ouest), les Philippines (à l'est) et la Malaisie et le sultanat de Brunei (au sud). (voir ID:nL8N12R02Z ) Selon un responsable des Philippines, principal allié des Etats-Unis dans la région, Pékin avait initialement accepté qu'une référence à la situation en mer de Chine figure dans la déclaration, avant de changer d'avis. D'après une retranscription de déclarations de Hishammudin Hussein transmise à la presse, puis retirée, l'Asean entendait s'engager à rechercher "une solution pacifique aux conflits" et "éviter à tout prix des incidents en mer ou dans le ciel". Cette formulation était jugée satisfaisante par Manille, a dit le responsable philippin. (Avec Megha Rajagopalan et Ben Blanchard à Pékin et Manuel Mogato à Manille; Henri-Pierre André et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant