Pas de date sur un retour à la croissance en Chine pour Pernod

le
0
PERNOD RICARD NE FIXE AUCUN CALENDRIER DE RETOUR À LA CROISSANCE EN CHINE
PERNOD RICARD NE FIXE AUCUN CALENDRIER DE RETOUR À LA CROISSANCE EN CHINE

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Pernod Ricard n'a pas voulu s'avancer mardi sur la date d'un retour à la croissance en Chine, où le groupe reste à la peine, surtout plombé par la chute de ses ventes de whisky.

"Il est encore trop tôt pour dire s'il y aura un retour à la croissance en Chine au cours de l'exercice 2016-2017", a déclaré Philippe Guettat, le PDG du groupe pour la région Asie, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes.

Le numéro deux mondial des spiritueux, qui réalise 9% de son chiffre d'affaires en Chine - son deuxième marché derrière les Etats-Unis (17%) - a vu ses ventes reculer de 10% dans le pays au cours des neuf premiers mois de son exercice qui sera clos le 30 juin et a dit tabler sur un recul compris entre 9% et 10% sur l'ensemble de 2015-2016.

En Chine, les ventes de son cognac Martell ont progressé de 1% en volume sur neuf mois mais ont poursuivi leur baisse en valeur, les mesures anti-corruption de Pékin ayant fait basculer les consommateurs vers des bouteilles de moyenne gamme.

"Noblige" représente ainsi aujourd'hui plus de la moitié des volumes vendus dans le pays par Pernod Ricard, qui réalise 10% de ses ventes avec des bouteilles de type VS (eaux-de-vie les plus jeunes) et le reste avec les catégories haut de gamme (Cordon Bleu, XO, L'Or).

"Le cognac fait preuve de résistance (...) La bonne nouvelle, c'est que le mix-prix s'améliore et que nous maintenons nos parts de marché sur Martell", a précisé Philippe Guettat.

Il a dit s'attendre à une érosion "limitée" de la marge opérationnelle en Chine, qui restera cependant "nettement au-dessus de celle de l'ensemble du groupe".

Martell est le numéro un du cognac en Chine, avec une part de marché estimée à 42% par Euromonitor.

Les ventes de whisky accusent quant à elles une baisse à deux chiffres. Alors qu'elles avaient grimpé au milieu des années 2000, Pernod Ricard a perdu ses consommateurs d'alors et tente maintenant de recruter auprès des jeunes générations.

Philippe Guettat a une nouvelle fois réitéré la confiance du groupe dans sa capacité à inverser la tendance à moyen terme en Chine, grâce à une évolution démographique favorable liée à la très forte progression attendue de la classe moyenne.

D'ici à 2025, les ménages chinois dont les revenus oscillent entre 20.000 et 80.000 dollars par an devraient représenter 59% du total des ménages, contre 36% en 2015, selon les estimations de l'institut HIS.

En avril, les chiffres trimestriels de Pernod Ricard avaient déçu de marché, au regard notamment de ceux de son concurrent Rémy Cointreau qui avait fait état d'une amélioration des tendances en Chine.

Pernod Ricard publiera le chiffre d'affaires de son dernier trimestre le 1er septembre, en même temps que ses résultats annuels.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant