Pas de chute brutale de l'immobilier francilien en 2013

RelaxNews le 07/01/2013 à 17:09
9
Phillip Minnis/shutterstock.com
Phillip Minnis/shutterstock.com

(Relaxnews) - Pour Meilleursagents.com, qui publie lundi 7 janvier son 44e Baromètre mensuel des prix de l?immobilier résidentiel à Paris et en Ile-de-France, tous les indicateurs sont à la baisse. Mais sans effondrement.

En 2012, l?attentisme du côté des vendeurs comme des acheteurs n?a cessé de se prononcer et le volume des transactions a continué sa chute. C?est le constat que dévoile aujourd?hui le réseau en ligne Meilleursagents.com, au travers de son 44e Baromètre mensuel des prix de l?immobilier résidentiel à Paris et en Ile-de-France.

Selon ce dernier, les vendeurs opportunistes ont été remplacés par les vendeurs forcés. D?où un marché asséché de biens. Et les acheteurs toujours moins nombreux n?ont pas bénéficié d?un déséquilibre en leur faveur, puisqu'offre et demande ont baissé autant l?une que l?autre.

Conséquence : les prix franciliens de l?immobilier ne se sont pas écroulés en 2012, d?autant qu'ils ont été soutenus par des taux d?intérêt historiquement bas. Ainsi, le Val-de-Marne affiche -0,5%, et la Seine-Saint-Denis -0,7%, selon ce baromètre. Ailleurs, ils continuent même de progresser : +0,5% à Paris, +1,6% dans les Hauts-de-Seine, et +2,5% en grande couronne.

Pour Meilleuragents.com, en 2013, "le marché immobilier n?a rien d?une bulle menaçant d?exploser, et les tendances de 2012 devraient se prolonger". Les taux devraient rester bas, l?offre de biens va continuer de diminuer comme les volumes des transactions. Les prix devraient poursuivre une érosion lente, certes plus marquée qu?en 2012. Tous les indicateurs du marché vont donc progressivement se détériorer. Mais sans explosion, ni chute brutale.

Réagir 9
A lire aussi

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Karama7 le vendredi 18 jan 2013 à 09:43

    Ca sera Brutale sur le long terme ... Perso , je vise plus un bien en Espagne d'ici ... 3 à 4 ans .

  • duboisr6 le mardi 8 jan 2013 à 11:15

    Les prix ont triplés ( oui 300 % ) en 15 ans dans certains endroits ! alors une baisse de 10 à 20 % celà ne compterait pas, c' est rien du tout .

  • duboisr6 le mardi 8 jan 2013 à 11:13

    Il faut arr^ter de dire que les taux n' ont jamais été aussi bas ! mes parents ont connus des taux négatifs du temps du général De Gaulle, Pompidou, Giscard : taux à 13 % et inflation à 15 % .Et à cette époque les prix des appartements étaient 20 fois moins chers .

  • SaasFee le mardi 8 jan 2013 à 08:09

    Les jeunes, ils ont peu d'avenir pro en France. Ils ne peuvent plus se loger correctement. Les plus mobiles et capables, les plus doués et volontaires, les entrepreneurs de demain, les flrces vives en puissance, croyez vous qu'ils vont rester en France a s'enliser dans la sinistrose ? Elle est la, la question. Réduire l'expatriation à une donnée fiscale est une négation du vrai problème de société que nous vivons. L'immobilier cher en est une des pierres angulaires. Dans 10 ans, que restera t'il

  • SaasFee le mardi 8 jan 2013 à 08:01

    Un scénario a la japonaise nous pend-il au nez ? J'en suis convaincu depuis des années. Si c'est le cas, ça va faire bien mal.

  • paumont1 le mardi 8 jan 2013 à 00:49

    que les prix chutent ne serait pas une catastrophe pour ceux qui ne peuvent se loger. De plus je ne vois pas ce qui justifie le fait de tripler le prix d'un appartement en 20 ans, est-ce que par un effet de baguette magique il se serait transformé en or pur? tant mieux si les prix tombes, les spéculateurs iront se faire voir ailleurs, et les jeunes pourront se loger.

  • frk987 le lundi 7 jan 2013 à 22:52

    Pas de chute brutale, mais une lente dégringolade de mois en mois, les vendeurs baissent par petites touches, et attendent........un éventuel pigeon qui ne viendra pas. Chez moi les panneaux à vendre commencent à se délabrer sous les intempéries................

  • fab2002 le lundi 7 jan 2013 à 21:24

    lol, regarder les prix affichés sur les sites internet....on commence à avoir des baisses de 10000 euros à 20000 sur des bien à 250000.....mais non cela ne baisse pas....lol

  • loco93 le lundi 7 jan 2013 à 19:08

    Contrairement à la bourse, les cycles de l'immobilier ont une plus grande inertie; ainsi nous pu observé un cycle haussier qui a duré une dizaine d'année. Maintenant on peut se demander si on serait pas à l'aube d'un retournement de situation? Alors le pari gagant pour ceux qui ont su vendre au plus haut: payer une location tous les mois pour viser un -30% à horizon 6-7ans mais avec des intérêt plus élevés ou bien racheter à -10% avec les taux bas actuels?!