Pas de base pour négocier avec Athènes, dit un projet de texte

le , mis à jour à 15:20
47
PAS DE BASE POUR NÉGOCIER AVEC ATHÈNES, DIT UN PROJET DE TEXTE
PAS DE BASE POUR NÉGOCIER AVEC ATHÈNES, DIT UN PROJET DE TEXTE

PARIS (Reuters) - Les ministres des Finances de la zone euro ne voient toujours de base pour l'ouverture de négociations pour un troisième plan d'aide à la Grèce, peut-on lire dimanche dans un projet de communiqué de l'Eurogroupe.

Ce texte n'a pas été validé par les grands argentiers de la zone euro et pourrait être transmis en l'état aux chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro qui se réunissent à 16h00 à Bruxelles pour prendre le relais de leurs ministres des Finances.

"L'Eurogroupe (...) est parvenu à la conclusion qu'il n'y a pas encore de base pour commencer les négociations sur un nouveau programme", constate le document obtenu par Reuters.

Les négociateurs européens veulent qu'un certain nombre de réformes demandées à la Grèce soient votées au Parlement avant d'entamer formellement les négociations.

Le projet de communiqué stipule que des changements dans la TVA, les retraites et l'indépendance de l'office statistique en Grèce doivent intervenir avant l'ouverture d'une procédure formelle sur un nouveau plan de sauvetage.

La Grèce doit aussi renforcer son programme de privatisations et une décote sur la dette grecque est exclue, ajoute le document.

En outre, la Grèce devrait accepter de transférer 50 milliards d'euros d'actifs publics dans un fonds de garantie.

L'incertitude quant à l'issue du sommet de la zone euro dimanche reste totale, de nombreux pays estimant que le gouvernement d'Alexis Tsipras ne dispose pas de la crédibilité nécessaire pour bénéficier d'une nouvelle aide européenne.

Ce dernier a toutefois fait approuver par le Parlement grec samedi un programme de réforme proche de celui proposé par les créanciers et rejeté par référendum en Grèce dimanche dernier.

Une partie des dirigeants européens redoutent qu'après l'obtention des fonds, le gouvernement grec n'interrompe la mise en oeuvre des privatisations et des réformes promises à ses créanciers, comme celle des retraites ou de la fiscalité.

(Jan Strupczewski, Tom Koerkemeier et Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM le dimanche 12 juil 2015 à 18:33

    suite; il s'agit du journal "Investir" du 13 juin 2015.

  • 445566ZM le dimanche 12 juil 2015 à 18:31

    Savez-vous que les grecs ont commencé à distribuer ? Vers la mi juin, le Conseil d'Etat a annulé les réductions des pensions des retraités (2012), cette mesure coûterait environ 3 % des revenus de l'état. Information figurant sur la dernière page de l'hebdo "Investir". Pas vu sur Bourso.

  • M8252219 le dimanche 12 juil 2015 à 18:29

    Pas d'aides sans un suivi obligatoire par les préteurs de la mise en application des engagements de la Grèce avec des résultats. Les aides ne seront acquises qu'après des résultats positifs effectifs et contrôlés.

  • M802641 le dimanche 12 juil 2015 à 18:15

    macgiver C'est évident et le vote du non à 61% des grecs pèse très lourd dans l'attitude de l'Eurogroupe. On ne peut pas voter contre une remise en ordre essentielle de son économie financée grâce à une nouvelle aide de ses pairs, puis dire que l'on veut rester dans le "club" malgré tout. Cela s'appelle vouloir le beurre et l'argent du beurre.

  • M802641 le dimanche 12 juil 2015 à 18:04

    Le fait de demander la mise en œuvre partielle (vote au parlement) de certaines clauses clé d'un accord avant même d'entamer sa négociation revient à un ultimatum et une imposition unilatérale de ses mesures. Mais il illustre surtout la méfiance et un doute totale sur la volonté ou la capacité, voire le deux, de la Grèce de les réaliser concrètement. Quand on en est à ce point c'est un peu l'impression de "sauve qui peut" qui domine. Courage Mme Merkel.

  • dioptaze le dimanche 12 juil 2015 à 17:48

    Important a diffuser :les vidéos de l'ei sont des montages americain !!! du pur flanc regardez comme on nous menthttp://fr.sputniknews.com/international/20150711/1016963919.html

  • mucius le dimanche 12 juil 2015 à 16:58

    Une partie des dirigeants européens redoutent qu'après l'obtention des fonds, le gouvernement grec n'interrompe la mise en oeuvre des privatisations et des réformes promises à ses créanciers, comme celle des retraites ou de la fiscalité. " C'EST UNE EVIDENCE!

  • f5gbi le dimanche 12 juil 2015 à 16:21

    Les regards du ministre grec et de Lagarde en disent long sur l'ambiance qui règne. Ils ont l'air triste !

  • macgiver le dimanche 12 juil 2015 à 16:14

    @Georg47 D'ac mais je propose aussi un Schaüble-exit temporaire ! Il y a bien eu un Varoufakis-exit....

  • macgiver le dimanche 12 juil 2015 à 16:10

    Mince effacé; L'eurogroupe ne veut pas d'accord : il veut que Tsipras se livre pieds nus et la corde au cou !