Pas d'intervention française en Syrie pour le moment-Fabius

le
0

(Actualisé tout du long) NATIONS UNIES, 26 septembre (Reuters) - Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré vendredi qu'une intervention militaire en Syrie n'était pas envisagée pour l'instant bien que le conflit puisse durer "de longues années". S'exprimant à New York, le chef de la diplomatie française a été interrogé sur l'éventualité d'une extension à la Syrie de la participation française à la lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique en Irak "Non, non, non. Pour le moment, nous ne le faisons pas", a-t-il répondu. "Nous travaillons dans cet Etat d'esprit. Nous avons une répartition de nos tâches. Nous avons une perspective stratégique et ensuite, en fonction de la situation, il pourrait y avoir telle ou telle adaptation", a dit Laurent Fabius. Jeudi, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait estimé que la question de frappes françaises contre l'EI en Syrie était "posée". "C'est une opportunité qui ne se présente pas aujourd'hui. Nous avons déjà une tâche importante à mener en Irak et on verra dans les jours qui viennent comment évolue la situation", avait -il dit au micro de RTL. Laurent Fabius a, lui aussi, envisagé une évolution de la situation au fil du temps car, a-t-il jugé, cela "risque d'être un conflit de longues années". "Pour l'instant, cette position est tout à fait adaptée", a-t-il insisté. Le ministre des Affaires étrangères a par ailleurs affirmé que les informations irakiennes sur de possibles attentats des djihadistes de l'Etat islamique (EI) dans le métro parisien n'étaient pas confirmées par la France. Le Premier ministre irakien Haïdar al Abadi avait annoncé jeudi que son pays disposait de renseignements "crédibles" laissant penser que l'EI préparait des attentats dans le métro parisien et aux Etats-Unis. ID:nL6N0RQ4X1 Laurent Fabius, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse aux Nations unies, a déclaré que l'information donnée par les Irakiens faisait l'objet d'un examen attentif. "A ce stade, a-t-il ajouté, "il n'y a absolument aucune confirmation". (Arshad Mohammed; Danielle Rouquié et Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant