«Pas d'innovation sans financement»

le
0
INTERVIEW - Gilles Michel est PDG d'Imerys, le leader mondial des minéraux de spécialité pour l'industrie. Il a également été responsable de la commission innovation au sein de l'Afep.

LE FIGARO. - Le nombre de dépôts de brevets s'est maintenu (-1,7 %) en France en 2012, alors que l'on ne parle que désindustrialisation et de panne de l'investissement. Comment expliquer cette situation?

Gilles MICHEL. - Le maintien des dépôts de brevets, alors que la désindustrialisation est une réalité, tient à deux éléments. Il s'agit tout d'abord de l'efficacité du crédit impôt recherche. Non seulement cet outil permet de retenir des centres de R & D en France, mais il en attire également. C'est un succès. Ensuite, même si la compétitivité de notre outil de fabrication en France se détériore, les grandes entreprises françaises très puissantes à l'échelle mondiale restent attachées à la préservation de leurs centres de recherche...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant