Pas d'embellie pour le marché français du meuble, seule la literie s'en sort

le
0
archidea/shutterstock.com
archidea/shutterstock.com

(AFP) - Le marché français de l'ameublement a de nouveau reculé l'an dernier, dans un contexte de consommation atone et d'attentisme du secteur immobilier, à l'exception notable de la literie, où les achats augmentent, selon un rapport publié jeudi.

En 2014, les achats de meubles des Français ont diminué de 1,5%, à 9,12 milliards d'euros, selon un bilan établi par l'Institut de prospective et d'études de l'ameublement (IPEA) pour deux fédérations du secteur, la Fnaem et l'Unifa.

La baisse est moins marquée que les deux années précédentes (-2,9% en 2013 et -3% en 2012), mais c'est en partie lié à l'augmentation de la TVA au 1er janvier 2014 et à l'éco-participation introduite le 1er mai 2013, qui a gonflé le chiffre d'affaires TTC des enseignes du secteur, explique l'institut.

A surface constante, c'est-à-dire hors ouverture de nouveaux magasins ou agrandissements, "l'IPEA estime le recul du marché à au moins 3% sur l'exercice écoulé", et à "plus de 4%" hors effets de la hausse de TVA et de l'éco-participation.

Et "la crise qui frappe le marché depuis 2008" ne devrait pas s'éloigner en 2015, puisque les intentions d'achat des ménages restent orientées à la baisse.

En 2014, toutes les catégories de meubles ont vu leurs ventes baisser - de 0,2% pour les canapés et fauteuils à 3,5% pour les meubles de salle de bains -, à l'exception notable de la literie, dont le chiffre d'affaires a progressé de 2,6% à 1,19 milliard d'euros.

"Comme sur les deux exercices précédents, seul le segment literie voit ses ventes en valeur progresser au cours de l'année 2014", note l'IPEA, soulignant que ce segment occupe une place de plus en plus importante dans la stratégie des enseignes de la grande distribution.

Cette exception devrait toutefois prendre fin en 2015, puisque les intentions d'achat de literie chutent nettement, à 13,1% des ménages contre 18,3% l'année précédente, une rupture "logique au vu du rythme soutenu d'achat dont a bénéficié le produit ces dernières années".

La filière meuble emploie près 130.000 salariés, à parts égales dans la distribution et dans la fabrication, rappelle l'IPEA. 2014 a notamment été marquée par la mise en redressement judiciaire et la reprise partielle de Mobilier Européen, (enseignes Fly, Atlas et Crozatier), qui devrait entraîner la suppression d'un millier d'emplois sur plus de 3.600.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant