Pas d'accord sur la Syrie entre Lavrov et Kerry

le , mis à jour à 09:53
2
 (Actualisé avec fin de l'entretien Obama-Poutine §2-5, 
commentaire russe §13-14) 
    HANGZHOU, Chine, 5 septembre (Reuters) - Le secrétaire 
d'Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires 
étrangères Sergueï Lavrov n'ont pas réussi à s'entendre sur un 
nouvel accord de "cessation des hostilités" en Syrie, a annoncé 
un haut responsable du département d'Etat. 
    L'annonce de cet échec est intervenue peu avant un entretien 
en tête à tête entre Barack Obama et Vladimir Poutine en marge 
du sommet du G20 en Chine.  
    Les présidents américain et russe ont discuté des conflits 
en Syrie et en Ukraine, a par la suite déclaré le porte-parole 
du Kremlin.  
    "La rencontre a duré plus longtemps que prévu", a observé 
Dmitri Peskov, cité par l'agence de presse russe RIA.  
    "Cela s'est bien passé. Le travail va se poursuivre."  
    John Kerry et Sergueï Lavrov, qui se sont également 
rencontrés à Hangzhou, négocient depuis des semaines un accord 
qui ferait cesser les hostilités en garantissant le retrait des 
forces gouvernementales de certaines régions, y compris Alep, et 
autoriserait des convois humanitaires à gagner des zones où des 
civils sont pris au piège par les combats.  
    Le cessez-le-feu serait supervisé grâce à un partage des 
renseignements entre Russes et Américains et une coopération 
militaire contre des organisations comme l'Etat islamique. 
    Un premier accord de cessation des hostilités, conclu en 
février entre Washington et Moscou pour favoriser l'ouverture à 
Genève de négociations intersyriennes indirectes sous l'égide de 
l'Onu, a échoué et John Kerry a plusieurs fois souligné qu'il 
n'était pas prêt à signer un nouvel accord voué à l'échec.  
    C'est la deuxième fois en deux semaines que les deux hommes 
ne parviennent pas à s'entendre, après une rencontre à Genève le 
26 août.  
    John Kerry et Sergueï Lavrov se rencontreront probablement 
la prochaine fois en marge des réunions de l'Assemblée générale 
des Nations unies qui commencent le 18 septembre. 
    Au département d'Etat, on se refuse à détailler les points 
de désaccord entre les deux pays.  
    La Russie insiste sur le fait qu'elle ne peut pas accepter 
un accord tant que les combattants de l'opposition soutenus par 
les Etats-Unis et leurs alliés du Golfe ne seront pas séparés 
sur le terrain des combattants djihadistes liés à Al Qaïda. 
    Une source au ministère russe des Affaires étrangères a 
cependant tenu à minimiser l'échec des discussions à Hangzhou.  
    "Le processus va se poursuivre", a dit ce responsable cité 
par l'agence Interfax. "Ce n'est pas la peine de déclarer de 
manière théâtrale, comme l'ont fait certaines sources au 
département d'Etat, que rien n'a été obtenu." 
 
 (Ben Blanchard, Polina Devitt; Henri-Pierre André et 
Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 3 mois

    Les Etats Unis demeurent dans le double jeu et prennent les Russes pour des uns bai cils. La patience de Poutine et Lavrov est sans limite : ils font tout pour éviter une déflagration entre la Russie et les USA, tout simplement, ils ne veulent pas la guerre.

  • aerosp il y a 3 mois

    la conclusion de l'article révèle la vérité sur la responsabilité des US