"Partout où je vais, on m'associe au Liverpool de 2005"

le
0
"Partout où je vais, on m'associe au Liverpool de 2005"
"Partout où je vais, on m'associe au Liverpool de 2005"

Anthony Le Tallec a fini sa saison avec l'Atromitos en Grèce. Pas qualifié pour les play-offs, il doit enchaîner les entraînements et les amicaux jusqu'au 20 mai. Mais le Français peut se consoler avec une nomination au titre de meilleur joueur étranger du championnat et un appétissant Liverpool-Villarreal à vivre en tant que supporter.

En bon fan de Liverpool, où vas-tu aller voir la demi-finale retour ? Pour tous les matchs, je reçois des invitations de la part de la communauté des fans des Reds à Athènes pour aller les voir avec eux. J'étais allé pour l'opposition contre Manchester en Europa League, j'avais eu droit à un accueil de dingue, ils m'avaient offert plein de trucs, c'était hyper chaleureux. Soit je les rejoins, soit je le verrais à la maison avec des amis.

Tu es toujours fan, dix ans après ? Même si je ne le voulais pas, je n'ai pas le choix, on m'associe toujours à eux, partout où je vais. J'étais dans le groupe qui a gagné la Ligue des champions. Ça reste gravé. Après, je n'irai peut-être pas en Suisse pour la finale s'ils se qualifient et je ne connais plus personne au club. Mais j'ai vraiment envie qu'ils gagnent la coupe, surtout pour ce coach. Mon frère a connu Klopp à Dortmund et il est à la hauteur de sa réputation. Humainement, c'est exceptionnel. C'est fou comme ça change tout d'avoir un coach proche des joueurs, qui les comprend.

Sinon, tu as été nommé dans les meilleurs joueurs étrangers du championnat. C'est sympa, de finir en trombe comme ça. Forcément, je n'avais pas eu de prépa physique, je suis arrivé fin juillet, on a joué direct les barrages d'Europa League. Et comme physiquement ça n'allait pas, ça ne pouvait pas suivre sur le terrain. J'étais donc remplaçant. Il a fallu attendre le mois d'octobre pour que je sois vraiment prêt. Je n'ai pas paniqué parce que je savais qu'une fois bien physiquement, ça pouvait bien s'enclencher derrière. C'est ce qui s'est passé. Du coup, tu savoures encore plus.

« Quand j'ai joué contre l'Olympiakos, j'ai été signalé 7 fois en position de hors-jeu alors que c'était limite. 7 fois ! C'est la seule fois de ma carrière que j'ai vécu ça. »Anthony Le Tallec
L'été dernier, tu nous avais dit qu'ici, contrairement à la France, ça joue au football en Grèce. Un an après tu as toujours le même avis ? Disons qu'il y a une moitié du championnat au niveau de la Ligue 2, une moitié au niveau de la Ligue 1 avec…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant