Partir à la retraite, oui, mais en douceur

le , mis à jour à 16:15
3
Partir à la retraite, oui, mais en douceur
Partir à la retraite, oui, mais en douceur

Diminuer son temps de travail... sans trop perdre de revenus, c'est ce qui a attiré Martine Aulair vers la retraite progressive.

Depuis le 1 er avril 2015, cette salariée de 61 ans, employée dans un musée de Charlieu (Loire), n'officie plus qu'à mi-temps pour son employeur. Si son salaire a été divisé par deux, cette guide touristique perçoit pour les 50 % du temps restant une pension de sa caisse de retraite. « J'avais envie de travailler moins, mais financièrement, je ne pouvais pas passer à mi-temps ou à 75 %. Ce dispositif me permet de toucher une avance sur ma retraite, tout en quittant progressivement la vie active. Car devenir subitement retraitée n'est pas facile ! » sourit la sexagénaire. Martine Aulair s'habitue également à son futur niveau de vie : « Je gagne moins qu'avant, mais davantage que lorsque je serai à la retraite pour de bon en mai prochain. C'est une première étape. »

Un dispositif qui compte 3 057 bénéficiaires

Créée en 1988, la retraite progressive a été simplifiée début 2015. Pour en bénéficier, il faut être âgé d'au moins 60 ans, avoir cotisé plus de 150 trimestres et se mettre à temps partiel (entre 40 et 80 %). La personne perçoit alors un salaire en fonction du temps travaillé. Le reste est financé par sa caisse de retraite. Au 31 décembre 2014, ce dispositif comptait seulement 3 057 bénéficiaires. « Il est encore trop tôt pour savoir si sa simplification a attiré davantage de monde, mais il reste principalement destiné aux salariés du privé. Les fonctionnaires et les professions libérales n'y ont pas accès », explique Frédéric Barrel, le directeur technique de Neovia, un cabinet d'expertise en retraite.

Cet outil peut également intéresser les personnes qui sont déjà en capacité de prendre leur retraite. « A la base, il a surtout été créé pour les employés qui angoissent à l'idée de quitter la vie active et qui désirent faire la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1961G il y a 11 mois

    je préfère une année de chômage après 60 ans qui est pour moi une préretraite et qui paye autant qu'au travail . après 60 ans sans arrêt , c'est bien mérité , non!!!!!!!

  • gl060670 il y a 11 mois

    avez vous le niveau requis et les bonnes compétences ?

  • frk987 il y a 11 mois

    Employé dans un musée, vous voulez pas m'embaucher....ça me fera passer le temps............................